Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Le retour du Jimny

Automobile. L’efficace petit 4X4 Suzuki fait sa réapparition sur le marché français, exclusivement en version utilitaire pour échapper au délirant malus ayant provoqué son éclipse.

Suzuki

Le Jimny fait partie de ces rares petits véhicules simples et sans prétention mais redoutables d’efficacité. Mieux encore, le 4X4 japonais de poche n’a aucun concurrent direct. Au point d’être plébiscité par des fidèles qui ne jurent que par ses aptitudes hors bitume. Des clients, professionnels ou particuliers, qui ont fait grise mine quand le constructeur a préféré arrêter la commercialisation de la toute nouvelle génération lorsque le Jimny a été frappé de plein fouet par un malus dit écologique dissuasif, représentant plus de 50 % de son prix de vente, 10.000 euros de pénalité pour une voiture alors affichée 18.000 euros : le coup était injouable. Mais, heureusement pour ceux qui apprécient ses qualités, le Jimny fait son grand retour sur le marché français, contournant l’obstacle malus en abandonnant ses places arrière pour devenir un véhicule utilitaire simple et efficace.

Vivacité et maniabilité

Le constructeur ayant constaté que le Jimny était principalement utilisé par des clients particuliers, habitant dans des zones montagneuses, amateurs de loisirs « verts » ou bricoleurs à la recherche d’une voiture tout-terrains, au sens premier de l’expression, offrant une bonne capacité de chargement dans un format réduit. Ils disposeront désormais de 863 litres avec un accès direct par la porte de coffre. Pour les professionnels, aucune différence. Tous se rejoignent pour louer les qualités de franchissement du petit 4X4 japonais rarement pris en défaut, grâce à sa gamme de rapports « courts », son aptitude à se jouer des ornières et des chemins boueux.

Il est aussi apprécié en ville pour sa vivacité, sa maniabilité et son allure sympathique et authentique de baroudeur. Aucun changement sous le capot avec un quatre cylindres essence de 102 chevaux accouplé à une boite manuelle à cinq rapports. Une seule finition au programme pour simplifier les choses. Et un tarif unique toujours aussi pertinent : 17.075 euros HT (20.490 euros TTC). De quoi aider à faire son deuil du sacrifice des places arrière.

Dominique Marée