Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Mercedes Vision EQXX : un concept à couper le souffle

Électrique. Le prototype étoilé 100% électrique a relié l’Allemagne à la Cote d’Azur sans passer par la borne de recharge. Plus de 1 000 km en totale autonomie ! Prometteur.

Un concept électrique performant et un chef d’oeuvre esthétique. (Crédit. : DR)

On l’a dit et répété sur tous les tons : l’autonomie reste un des points faibles des voitures électriques. Si ce n’est LE point faible. Si on y ajoute l’insuffisance du nombre des points de recharge publiques, le handicap devient rédhibitoire pour beaucoup d’acheteurs potentiels. La crainte de la panne et des difficultés pour recharger les batteries ne sont pas des chimères. Tous ceux qui ont tenté de faire un long parcours au volant d’un modèle 100% électrique ont été confrontés à ce problème. Certes, les constructeurs ne cessent de progresser pour accroître le rayon d’action de leurs voitures électriques. 500 km n’est plus une utopie, même si en conditions réelles d’utilisation les promesses des normes conventionnelles s’évanouissent rapidement pour peu qu’on utilise le réseau autoroutier en roulant à 130 km/h et en osant profiter de la climatisation.

Mercedes vient cependant de démontrer que tous les espoirs sont permis avec son concept Vision EQXX, une sublime berline à l’aérodynamique poussée. Partie de Sindelfingen en Allemagne, le berceau de la marque, le prototype à l’étoile a traversé les Alpes, la Suisse et une partie de l’Italie pour achever son périple en France, à Cassis au bord de la méditerranée, sans avoir besoin de passer par la case recharge. Très exactement 1 008 km sur des routes ouvertes, en gravissant des cols et en empruntant des voies rapides. Au terme de ce voyage bouclé en un peu plus de 11h30, il restait encore de quoi parcourir environ 140 km. La consommation électrique moyenne de l’élégant concept argenté s’est établie à 8,7kWh, peu ou prou l’équivalent d’un litre d’essence tous les 100 km. Cela permet de mieux mesurer la valeur de l’exploit technologique accompli par le concept Mercedes.

Technologie venue de la F1

Une invitation au voyage au long cours (Crédit : DR)

Cette performance résulte de multiples facteurs, encore difficiles à transposer en grande série. À commencer par une aérodynamique de référence, matérialisée par un CX (coefficient de pénétration dans l’air) de 0,17, un poids contenu à 1 755 kg, exceptionnel pour une voiture électrique dont les lourdes batteries constituent un vrai handicap, des pneus spécialement mis au point par le manufacturier japonais Bridgestone, un pavillon intégrant des capteurs solaires alimentant les équipements de bord, des batteries de grande capacité (100kWh) mais compactes et allégées, et une puissance volontairement limitée à 244 ch, suffisante pour combiner efficience et faible consommation d’électricité. Cet ensemble redoutablement efficace a bénéficié de l’expertise des plus brillants techniciens du constructeur œuvrant au sein de l’entité F1 de la marque. Le nec plus ultra.

Pour être un prototype unique, la Mercedes Vision EQXX n’en est pas moins très soignée dans son aménagement intérieur. Ses quatre fauteuils individuels constituent une invitation au voyage au long cours alors qu’on retrouve une planche de bord constituée d’une dalle numérique géante, courant d’une porte à l’autre. C’est la nouvelle signature intérieure exclusive des Mercedes les plus huppées. L’ensemble est luxueux mais pas délirant et pourrait être adapté à un futur modèle sans perdre de son exclusivité. Combien d’années seront nécessaires pour transposer l’essentiel de ces caractéristiques à une Mercedes de série ?

La question est posée. Une affaire sans doute bouclée plus rapidement qu’imaginé, tant la technologique des voitures électriques progresse vite, grâce à la concentration d’investissements se chiffrant en dizaines de milliards d’euros chez Mercedes comme chez ses concurrents. De plus, la Vision EQXX possède un design élégant et racé qu’on espère retrouver sur une Mercedes de tous les jours. De quoi convertir les plus sceptiques à la mobilité zéro émission.

Dominique Marée