Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Sandero, la vedette populaire

Automobile. La plus abordable des voitures du marché a été plébiscitée par les particuliers, ceux qui achètent leur voiture : près de 74 000 clients l’ont choisie l’an dernier.

En 2021, la Dacia Sandero a été la voiture la plus vendue auprès des clients particuliers en France. DR

Jusqu’où ira Dacia ? Plus de 125 000 Dacia ont été immatriculées fin 2021, un bond en avant de près de 29%, d’autant plus spectaculaire que la plupart des constructeurs ont bu la tasse au terme d’un exercice médiocre, achevé sur une stagnation globale des ventes. Dans la petite famille Dacia, le rôle de la vedette est tenu par la Sandero qui a rallié les suffrages des clients français à la recherche d’une berline bonne à tout bien faire, proposée au juste prix. La Sandero et sa variante Stepway plus sexy, ont convaincu près de 74 000 automobilistes l’an dernier, la propulsant à la quatrième place du marché hexagonal. En un an, grâce à l’arrivée de la nouvelle génération lancée en janvier 2021, la Sandero a gagné deux places, convaincant plus de 20 000 clients supplémentaires et gagnant 1,2% de part de marché. Il lui a manqué moins de 2000 ventes pour subtiliser la troisième marche du podium au SUV Peugeot.

Plus significatif encore, pour la 6e année consécutive, Dacia est la marque la plus achetée par les particuliers, une catégorie importante pour les constructeurs et leurs distributeurs. Ils sont considérés comme les « vrais » clients par comparaison avec les autres catégories, sociétés, loueurs, etc. Sur les 125 000 Dacia immatriculées l’an dernier, près de 104 000 l’ont été au nom d’un particulier : près de 83%. Aucune autre marque n’atteint un tel niveau. Tesla, le deuxième, se situe à 71,2% devant Alpine (67,7%), Suzuki (63,9%), Mini (63,7%) et Ferrari (63,4%).

À l’inverse, moins de 25% des Jeep sont dans ce cas et à peine davantage pour Volvo (25,3%) et Lexus (25,5%). Le succès de la Dacia Sandero ne se limite pas aux frontières françaises avec 226 000 ventes à l’échelon continental en 2021. Pour la toute première fois, en juillet dernier, la berline roumaine a détrôné sa majesté la Golf de la première place en Europe : 20 446 contre 19 425 voitures. Cela n’était pas arrivé depuis des décennies.

En avoir pour son argent

Le succès de Dacia en général et de la populaire Sandero en particulier résulte de multiples facteurs. Et pas exclusivement de tarifs abordables, permettant à des acheteurs d’accéder pour la première fois à un modèle neuf. Un élément à pondérer, le constructeur souligne régulièrement que ce ne sont pas les versions de base qui concentrent la majorité des commandes mais au contraire les finitions les plus complètes. Quand on achète une Dacia, on n’achète pas seulement un prix mais surtout un rapport qualité-prestations d’ensemble satisfaisant. Le client a le sentiment d’en avoir pour son argent. Cette notion capitale se retrouve également dans l’offre pertinente du constructeur de proposer des versions à bi-carburation essence-GPL sur l’ensemble de sa gamme. Avec 36 214 motorisations Eco-G immatriculées en 2021, c’est près d’une Dacia sur trois qui roule au GPL, la marque totalisant 75% de parts d’un marché en forte croissance (+180%). À l’heure où les prix flambent à la pompe, l’argument est appréciable.

En plus, cela permet de disposer d’une autonomie record dépassant 1000 km. Le succès de la Dacia Sandero dément une légende affirmant que les acheteurs réclament de plus en plus d’aides à la conduite. Certains modèles de grande diffusion en embarquent plus de 40 dans une course folle et couteuse à celui qui en proposera plus que son voisin. Un délire technologique auquel Dacia ne cède pas. Entre celles qui sont indispensables, celles qui sont superflues et celles qui sont inutiles, Dacia fait un tri judicieux en s’en tenant à l’essentiel sans faire d’impasse majeure. Cela permet de contenir les tarifs et de s’épargner des soucis techniques potentiels. Le succès commercial immédiat de la nouvelle génération Sandero résulte aussi, on l’oublierait presque, de son évolution esthétique et qualitative.

En version classique ou plus sophistiquée Stepway, la Sandero se distingue par son design extérieur séduisant, son aménagement intérieur qui, à quelques détails près, ne fait pas « bon marché ». La réussite de Dacia exprime également par la distance prise par les clients vis à vis de l’objet automobile. Autrefois marqueur social majeur, la bagnole est devenue pour une part croissante de la population un simple objet roulant, destiné à aller d’un point à un autre. Dans certains milieux, il est même préférable de ne pas s’afficher au volant d’un modèle trop clinquant, de façon à exprimer le peu d’intérêt qu’on accorde à ce qu’on considère comme un mal nécessaire, faute de solutions alternatives. Un phénomène grandissant qui se nourrit de toutes les campagnes de dénigrement permanent de la voiture. La Dacia Sandero colle à son époque, ce n’est pas la moindre de ses qualités.

Dominique Marée