Informations régionales économiques et juridiques
141e année

À Montauban, le Mo’UVE prend forme

Aménagement. Avec ce nouvel équipement, la Cité d’Ingres entend contribuer à l’émergence d’un territoire bas carbone.

Brigitte Barèges, maire de Montauban et présidente du Sirtomad, a posé la première pierre de Mo’UVE le 31 mars. DR

Le 31 mars, la maire de Montauban, Brigitte Barèges, présidente du Sirtomad, le syndicat de traitement des déchets ménagers du Grand Montauban et de Terre des Confluences, a posé la première pierre de Mo’UVE, la future unité de valorisation énergétique du territoire, en présence de Joël et Maxime Séché, respectivement président et directeur général de Séché Environnement, et de nombreux élus et acteurs locaux. Projet d’envergure pour le territoire, Mo’UVE a pour vocation de remplacer l’usine existante en vue de couvrir une grande partie des besoins énergétiques du réseau de chaleur urbain de la ville de Montauban en hiver, et de produire de l’électricité en été. Acronyme de Montauban unité de valorisation énergétique, Mo’UVE est le fruit d’un partenariat noué entre Séché Environnement et le Sirtomad.

Il vise en effet à utiliser les déchets pour produire une énergie bas carbone et de proximité alternative aux énergies fossiles. Sa mise en service est prévue au second semestre 2023. « Cet ambitieux projet nous permet de poursuivre nos actions en faveur de l’économie circulaire et de développer de nouvelles solutions d’écologie industrielle, explique Brigitte Barèges. Avec Mo’UVE nous valoriserons plus de chaleur récupérée lors de la combustion des déchets permettant l’extension de notre réseau de chaleur, tout en valorisant aussi plus d’électricité. En remaniant totalement l’actuelle usine, nous obtiendrons des volumes d’énergie thermique et électrique im portants, tout en dé ployant les meilleures techniques de traitement des rejets atmosphériques pour atteindre les meilleures performances environnementales. En cela, nous confirmons les ambitions de notre territoire à énergie positive pour la croissance verte au service d’un nouveau modèle énergétique et économique français. »

Selon Maxime Séché, « cela fait plus de 20 ans que Séché Environnement, avec notre filiale Drimm, apporte au territoire son expertise pour construire un monde plus durable. En faisant des déchets l’une des ressources énergétiques de la collectivité, Mo’UVE sera un nouvel exemple des actions que nous menons en faveur du développement de solutions d’écologie industrielle, au plus près des besoins locaux, et pour contribuer à la décarbonation du territoire. »

De nombreux travaux préparatoires déjà réalisés

Depuis le 1er janvier 2021, date de reprise de l’usine de traitement des déchets par les équipes de Séché Environnement dans le cadre d’une délégation de service public, une importante phase de travaux préparatoires a déjà été engagée. La principale opération a con cerné la préparation de la zone qui accueillera la future unité, ainsi que la construction d’une voie périphérique d’accès. Après une première phase de terrassement, un mur de soutènement d’une longueur de 40 mètres et d’une hauteur de 6,4 mètres a été construit, avant remblaiement de la zone.

Les fondations profondes de l’usine ont été installées, avec plus de 70 pieux forés sur des profondeurs pouvant atteindre jusqu’à 18 mètres, de manière à assurer la stabilité de la dalle sur laquelle sera construite l’unité de valorisation énergétique. Après coulage de la dalle, les prochaines étapes verront la construction de la charpente métallique, puis de l’ensemble four/chaudière, élément central de la récupération de l’énergie thermique dégagée lors de la combustion des déchets. Le système de traitement des fumées devrait lui aussi faire l’objet d’attentions particulières de la part de Séché Environnement afin de garantir de meilleures performances environnementales.

Continuité de l’activité pendant toute la durée des travaux

L’usine existante continuera d’assurer le traitement des déchets tout au long des travaux de modernisation, menés en parallèle. Le site a d’ailleurs obtenu une triple certification en décembre2021, sur les périmètres environnement (ISO 14001), énergie (ISO 50001) et santé-sécurité au travail (ISO 45001).

Rédaction GdM