Informations régionales économiques et juridiques
141e année

L’Icam Toulouse renforce ses moyens

Formation. L’école d’ingénieurs arts et métiers fait peau neuve. Présente à Toulouse depuis une trentaine d’années, elle vient d’inaugurer une nouvelle résidence étudiante et une vaste extension immobilière.

La nouvelle résidence accueille 300 étudiants en colocation. DR

Au 75 avenue de Grande Bretagne, l’Institut catholique d’arts et métiers (Icam) poursuit sa mue. L’école d’ingénieurs généralistes, qui accueille chaque année 950 étudiants formés par la voie du parcours intégré, de l’apprentissage, du nouveau parcours ouvert ou via la formation continue et l’école de production, a lancé en 2018 des travaux d’extension et de rénovation immobilière importants qui portent aujourd’hui leurs fruits.

Problem based learning

Ce vaste chantier, qui représente un investissement global de 26 M€, constitue de fait un enjeu fort pour l’Icam Toulouse. « C’est d’abord une adaptation de nos moyens immobiliers à l’évolution de nos pédagogies, explique Jean-Denis Falise, directeur de l’Icam Toulouse. Nous développons en effet de plus en plus la pédagogie par projet, le travail en groupe, en autonomie, notamment dans le cadre du nouveau parcours ouvert ». Lancé il y a trois ans, ce cursus interculturel est en effet l’illustration de ces pédagogies nouvelles, développées en marge des cours magistraux et des travaux pratiques habituels.

« Ces nouveaux moyens vont renforcer notre crédibilité auprès de ces grands laboratoires »

« L’apprentissage se fait par la résolution de problèmes (Problem based learning, PBL) en autonomie et en groupe, soit un apprentissage beaucoup plus proche de ce qui se fait en entreprise, détaille Jean-Denis Falise. Or, pour pouvoir poursuivre cette pédagogie par projet, il était important d’avoir des bâtiments adaptés, comme le fablab et l’espace de coworking. » Le campus de l’Icam compte en effet un nouveau bâtiment de 2800m2 qui rassemble des espaces de coworking, ouverts jusqu’à 22 heures et qui permettent aux étudiants de mener des travaux de groupe ainsi qu’un fablab de 250 m2 qui offre aux étudiants la possibilité d’utiliser différents outillages (imprimante 3D, machine de découpe numérique, etc.), de pratiquer et d’expérimenter. Dans les étages, les espaces de recherche et développement de l’Institut ont été parallèlement fortement accrus. Ces travaux d’extension marquent en effet un renforcement des spécificités de l’Icam Toulouse.

Innovation et recherche

« Nous faisons depuis longtemps de l’innovation et de la recherche. C’est-à-dire que nous contractualisons avec les entreprises des projets de recherche sur lesquels travaillent les étudiants de dernière année. Ce qui signifie que nous prenons des engagements de résultats vis-à-vis des entreprises. C’est à la fois un challenge pour nous mais très formateur pour les jeunes. Or, grâce à ces nouveaux locaux, nous disposons de moyens renforcés qui vont nous permettre de développer encore ces services aux entreprises, ajoute Jean-Denis Falise. Par ailleurs, nous travaillons en partenariat avec des équipes de recherche toulousaines sur des projets de recherche fondamentale. Ces nouveaux moyens vont renforcer notre crédibilité auprès de ces grands laboratoires ».

L’Icam Toulouse planche chaque année sur une soixantaine de projets de recherche appliquée, portant sur des sujets tels que, dans le domaine du bâtiment, l’amélioration de la performance énergétique des menuiseries extérieures ou, dans le secteur du machinisme agricole, la mesure de l’efficacité d’une machine de semis grâce à l’intelligence artificielle.

Une résidence intégrée

L’autre point fort de ces travaux, c’est l’intégration de la résidence étudiante, qui constitue elle aussi « un élément fort de notre projet pédagogique », assure le directeur. Cette nouvelle résidence étudiante de 8 000 m2 , inaugurée le 29 novembre, accueille depuis quelques mois 300 étudiants principalement de première et deuxième années, avec cette particularité que ces derniers partagent des T5 et T7 en colocation, des modes d’hébergement censés faciliter l’intégration des nouvelles recrues et développer « leur capacité de vivre ensemble ».

Un nouveau bâtiment d’enseignement a également été construit. DR

« Nous sommes en effet convaincus que demain, dans leur métier d’ingénieur, cela constituera un élément clé, différenciant ». Le bâtiment a été construit par Toulouse Métropole Habitat et est loué pour 40 ans à l’Icam qui en assure la gestion. Outre ces travaux d’extension de l’école d’ingénieurs, l’école de production, située elle aussi sur le campus, qui forme des jeunes en situation de décrochage scolaire et leur permet de décrocher un CAP dans les métiers de la chaudronnerie et de l’usinage, a, pareillement, été rénovée.

Elle travaille pour des clients tels que La Toulousaine, Albagnac ou encore MB Tech. Son taux de réussite à l’examen est de 98%. Fort de ces nouveaux équipements, l’Icam Toulouse compte porter le nombre d’étudiants accueillis chaque année, notamment via le parcours ouvert, à 1200 dans les prochaines années.

Agnès Bergon