Informations régionales économiques et juridiques
140e année

L’Occitanie, portée par le tourisme de proximité

Tourisme. Le comité régional du tourisme et des loisirs dresse un premier bilan de la saison estivale. Alors que la clientèle française a été au rendez-vous à la montagne, à la campagne comme en bord de mer, les touristes étrangers, malgré un rebond, se font encore attendre.

Le littoral du Languedoc-Roussillon, comme ici à Gruissan, a vu sa fréquentation fortement progresser cet été.

Après 18 mois de crise Covid, le tourisme s’impose plus que jamais comme un « pilier de l’économie régionale » pour reprendre les mots de la présidente de Région Carole Delga. En effet, septembre n’est pas terminé qu’au comité régional du tourisme et à la Région, c’est déjà l’heure du bilan de la saison estivale. Si les données de l’Insee ne sont pas encore tombées, les premiers chiffres de fréquentation qui reposent sur les datas collectées par les professionnels et les opérateurs de téléphonie mobile, font état d’un très net rebond de l’activité touristique en Occitanie cet été.

Les niveaux atteints en juillet et août sont, de fait, supérieurs aux chiffres enregistrés sur la même période en 2019. Pour autant, en données cumulées, sur les huit premiers mois de l’année, le bilan touristique de l’année 2021 est encore en deçà des niveaux précédents, enregistrant un recul de l’ordre de -13% en termes de nuitées touristiques par rapport à 2019, les restrictions sanitaires, en vigueur durant ce printemps, n’ayant pas permis aux professionnels du tourisme de retrouver des niveaux d’activité normaux.

Une saison portée par la clientèle française

Comme l’an dernier, les destinations nature, la montagne et la campagne en tête, ont été largement plébiscitées par les vacanciers, leur fréquentation progressant cette année encore, cependant, à un moindre niveau qu’en 2020 où leur fréquentation avait bondi, après des mois de confinement et de restriction des déplacements. Cette année, les touristes ont plus largement repris le chemin du rivage méditerranéen. Les départements du littoral voient en effet leur fréquentation retrouver le niveau de 2019, l’année de référence. Tous types de destination confondus, le nombre de nuitées touristiques progresse de 11% cet été par rapport à il y a deux ans. Ce qui fait dire à Muriel Abadie, vice-présidente de la Région en charge du tourisme durable, que les professionnels ont connu « une meilleure saison qu’avant crise ».

S’ils ont été un peu plus nombreux que l’an dernier, venus pour l’essentiel des pays limitrophes (Allemagne, Belgique, Pays-Bas), les touristes étrangers manquent encore à l’appel : la fréquentation étrangère, accuse ainsi un retard de 23 %, par rapport à 2019. La clientèle française et de proximité constitue donc comme l’an dernier le gros des vacanciers qui ont fréquenté la région cette saison. « Cela valide notre nouvelle stratégie de consolidation et de développement du tourisme de proximité », pointe de son côté Vincent Garel, président du comité régional du tourisme et des loisirs d’Occitanie (CRTL).

Au printemps dernier, la Région a en effet mis en oeuvre un programme de relance de l’activité touristique. Doté de 3,5 M€, ce plan, dénommé Tremplin, a été élaboré en concertation avec les différents acteurs concernés. Il s’est essentiellement traduit par un plan de communication offensif vantant les attraits de la région auprès de la clientèle de proximité mais également plus lointaine, via les campagnes paneuropéennes menées de concert avec Atout France. Ce plan s’est également traduit par la reconduction de la carte Occ’Ygène, grand succès de l’été 2020, qui visait à stimuler la consommation de loisirs et d’activités de pleine nature, en particulier par les habitants de la région. Plus de 45 000 foyers, grâce à leur carte Occ’Ygène, bénéficient encore en cette fin d’été des offres et des tarifs réduits accordés par les 330 prestataires partenaires.

Campings et locations meublées ont le vent en poupe

Si l’hôtellerie traditionnelle n’a pas encore retrouvé sa « vitesse de croisière », mais progresse cependant avec 67 % de taux d’occupation dans les villes, l’hôtellerie de plein air ainsi que les locations via les plateformes ont été largement plébiscitées. « Concernant les campings, le mois de juin a confirmé la progression de mai avec un record mensuel de réservations (+17 % de réservations et +24 % de chiffres d’affaires par rapport à 2019) tandis que, sans surprise les revenus générés par le locatif en plateforme d’avril à juin 2021, ont été largement supérieurs à ceux de 2020 et même à 2019 (+60 % entre mai 2019 et mai 2021) », indique le CRTL.

Il faut cependant noter qu’une part importante des nuitées touristiques en Occitanie relève du secteur non marchand, les personnes étant hébergées en famille, chez des amis ou en résidence secondaire. « Avec 510000 résidences secondaires, l’Occitanie est la première région de France. Cela constitue pour la région des marges de progression de consommation locale très importantes », pointe Dominique Thillet, directeur du pôle de l’information, des études, de l’observation au CRTL. Pour la deuxième filière économique d’Occitanie, qui représente 100000 emplois et 15,6 Mds€ de chiffre d’affaires, tout n’est pas rose pour autant.

Des destinations comme Lourdes, affectée par la désertion des clientèles étrangères et des groupes et les métropoles de Toulouse et dans une moindre mesure de Montpellier, frappées par la baisse du tourisme d’affaires, ainsi que le secteur du thermalisme, n’ont pas encore retrouvé les niveaux de fréquentation de 2019. Des programmes d’aides ont été mis en place par la Région pour soutenir les acteurs des secteurs concernés. Ils sont dotés d’enveloppes conséquentes de l’ordre de 20 M€ pour Lourdes ou encore 40M€ pour le thermalisme, rappelle Muriel Abadie.

Agnès Bergon