Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Transition écologique : la Région Occitanie veut aller plus vite

Environnement. À l’occasion de la COP26, la présidente de Région Carole Delga a fait un point sur la mise en oeuvre du Pacte vert, ce plan d’actions en faveur du climat élaboré à l’issue de la Convention citoyenne d’Occitanie et adopté il y a un an. Avec à la clé de nouvelles annonces.

Au centre, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et Agnès Langevine, vice-présidente en charge du climat, entourées de deux membres du comité de suivi de la Convention citoyenne d’Occitanie, Ahmed El Yousfi et Véronique Fabre. Arthur Perset

Un an après son adoption en novembre 2020, et en contrepoint de la COP26, qui se tenait à Glasgow, en Écosse, la présidente de Région Occitanie a fait un point sur la mise en oeuvre de son Pacte vert. Ce plan d’action en faveur de la transition énergétique et écologique a été adopté à la suite de la Convention citoyenne organisée par le Conseil régional en septembre 2020. Au terme de trois sessions de travail, la centaine de participants a formulé 345 propositions dont 52 ont été jugées prioritaires à l’issue d’une votation citoyenne (20 000 votes exprimés). 45 ont été intégrées directement dans le Pacte vert.

« 75% des actions présentes dans le pacte sont déjà engagées »

Celui-ci détaille de fait de nombreuses mesures concrètes réparties en 10 plans d’actions thématiques dont l’alimentation, les déplacements, la santé, l’éducation et la formation, l’habitat, etc. 208 de ces propositions d’action sont issues de la Convention citoyenne. Résultat, douze mois plus tard, selon Carole Delga, « 75% des actions présentes dans le pacte sont déjà engagées » et 70% ont été suivies d’effet. Et l’élue de rappeler, à l’occasion d’une rencontre organisée à l’hôtel de région le 10 novembre, la diversité des chantiers amorcés.

Au premier rang desquels figure la création de l’Agence régionale des investissements stratégiques (Aris) pour la (re)localisation en Occitanie des activités ou savoir-faire clés indispensables. Sa vocation est tout à la fois « d’assurer l’autonomie de la région sur le plan économique, accélérer la transition écologique du territoire et favoriser l’émergence de l’économie de demain ». Depuis sa création, 10 projets ont déjà été soutenus pour un montant global de 14 M€ dont ceux d’Eco Tech Céram (700 K€), Water Horizon (1,5 M€) ou ST Composites (800 K€).

82 000 foyers ont bénéficié de l’écochèque logement

45 dossiers sont en attente. Dans le domaine des mobilités, autre thème phare de la Convention citoyenne, la Région a signé une nouvelle convention avec la SNCF en vue d’accélérer la rénovation de ses lignes. Mise en oeuvre par l’Agence Plan Rail, cette enveloppe de 800 M€ devrait permettre à la Région d’atteindre l’objectif de fréquentation qu’elle s’est fixé, à savoir 100 000 voyageurs quotidiens, soit une augmentation de 34%, d’ici 2030 à bord des trains liO. Dans le secteur de l’habitat, il faut noter aussi le succès remporté par le programme Rénov’Occitanie qui vise à accompagner les ménages de la Région dans la réalisation des travaux de rénovation énergétique.

Ce dispositif repose sur un réseau de 31 guichets uniques mis en place avec l’aide des Départements et des Intercommunalités notamment. Plus de 50 000 citoyens ont déjà été conseillés dans ce cadre, entraînant la mise en chantier de quelque 3,5 M€ de travaux. En parallèle, 82 000 foyers ont bénéficié de l’écochèque logement distribué par la Région. D’un montant maximum de 1 500 €, cet éco-chèque vise à permettre aux particuliers de réaliser des travaux d’économies d’énergie dans leur logement. Par ce biais, 842 M€ de travaux ont été entrepris, accompagnés par la Région à hauteur de 105 M€.

Dans le secteur agroalimentaire, le Pacte vert se traduit d’ores et déjà dans les faits avec l’expérimentation des contrats d’agriculture durable. 60 exploitants agricoles sont aujourd’hui accompagnés en vue de la signature des premiers contrats dès la fin de cette année avant un déploiement plus large d’ici à 2023. Dans le domaine de l’emploi, le Pacte vert intègre plusieurs propositions issues de la Convention citoyenne dont la création d’une aide à la mobilité pour l’accès ou le retour à l’emploi.

De nombreux projets

Destiné aux demandeurs d’emploi et aux salariés en reprise de contrat de travail, ce dispositif comprend une phase de diagnostic des besoins et des difficultés, de coaching individuel pour identifier les solutions existantes et, si besoin, une aide pour accéder à un véhicule propre (vélo, deux roues ou voiture) pour une durée de trois mois.

En partenariat avec Pôle emploi, la Région a pour objectif d’accompagner 3600 bénéficiaires d’ici à décembre 2022. Mais c’est peut-être dans le domaine des énergies renouvelables que les avancées du Pacte vert sont les plus parlantes avec la structuration d’une filière de l’hydrogène vert et la montée en puissance de l’éolien en mer flottant. Des engagements antérieurs à l’adoption du Pacte vert mais qui prennent corps depuis quelques mois.

« Plusieurs investisseurs publics et privés ont été contactés »

C’est le cas du projet HyPort : les deux stations de production d’hydrogène situées à proximité des pistes de l’aéroport de Blagnac en vue d’alimenter des bus à hydrogène, doivent ouvrir d’ici la fin de l’année. C’est aussi le cas par exemple du projet Genvia qui porte sur la création à Béziers d’une usine de production d’électrolyseurs nouvelle génération. La future giga factory permettra d’ici 2024, la création de 400 emplois dont 70 dès 2022. Dans le domaine de l’éolien en mer flottant, on peut citer le projet d’installation dès l’an prochain, de deux fermes pilotes composées de trois éoliennes au large de Gruissan et de Leucate.

Un fonds souverain de la transition énergétique doté de 200 M€

À l’occasion de ce point d’étape sur la mise en place du Pacte vert, la présidente du Conseil régional a également fait des annonces. L’Agence régionale de l’énergie et du climat (Arec) se verra la création dans les prochains mois d’un Fonds souverain de la transition énergétique doté de 200 M€ – dont 10 M€ abondés par la Région Occitanie –, avec un effet de levier de 2 Mds€ d’investissement sur les cinq prochaines années.

« Plusieurs investisseurs publics et privés ont été contactés », a précisé Carole Delga, citant la Banque des Territoires, la Banque européenne d’investissement et le Fonds européen d’investissement. L’objectif de ce nouveau fonds est de « booster les investissements dans les filières des énergies renouvelables en Occitanie. Avec la création de ce fonds, la Région entend donner la possibilité à des investisseurs nationaux ou internationaux de prendre part à de nouveaux projets liés au développement de l’hydrogène renouvelable, l’éolien flottant en mer, la gestion intelligente de l’énergie (smart grids) et les projets EnR structurants, portés sur le territoire ».

Un nouveau plan nature

Autre annonce de l’élue : l’élaboration d’un Plan Nature pour l’Occitanie qui doit permettre « au plus grand nombre de s’impliquer dans la protection de la nature ». Une concertation sera engagée à la fin de l’année avant la tenue en janvier des assises de la biodiversité qui devraient aboutir en juin prochain à l’adoption de ce plan. Des pistes de projets sont d’ores et déjà évoquées telle la création d’une filière « plantes à parfums aromatiques et médicinales » en Occitanie ou encore le déploiement de l’agro-foresterie et de l’agrivoltaïsme.

Agnès Bergon