Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Artilect change de dimension

Innovation. Le premier Fablab de France a déménagé en centre-ville dans un nouvel espace de créativité plus accessible au grand public. Véritable tiers-lieu, il déploie ses activités sur 300 m2.

Il y a un an, ouvrait le nouveau spot d’Artilect, niché 10 rue Tripière à Toulouse où Paule de Viguier a vécu au XVIe siècle. Le premier « Fabrication Labotory » de France labélisé par le MIT est né en 2009 d’un projet fédéré par Nicolas Lassabe, docteur en informatique, aujourd’hui président de la structure. L’idée était, à sa création, de rendre possible l’invention et l’innovation en donnant accès à des outils de fabrication numérique. Après 10 ans à développer l’association à but non lucratif dans une magnifique halle, allée Maurice Sarraut dans le quartier de la Patte d’oie devenue, à l’époque, un lieu de curiosité incontournable et site d’événementiel avec l’organisation du FabLab festival notamment, une nouvelle page s’ouvre en centre-ville plus accessible au grand public.

Mutualisation des coûts

Un des points forts de ces fablabs est la mutualisation des coûts. Fort d’un investissement de plus de 100 000 € dans l’achat de machines numériques, les membres et clients peuvent avoir accès aux matières premières et à de nombreux équipements ce qui rend très accessible la création, l’innovation et le prototypage grâce aux découpes laser, imprimantes 3D, machine à sublimation d’objets, une CNC métal et une bois, des machines à coudre, une machine à découpe vinyle, un traceur, un banc d’électronique.

Artilect réinvente son modèle économique avec en plus de l’espace de création numérique, un espace de coworking, un Fab Café, une offre de formation, et des espaces d’accueil événementiel. L’activité y est plus riche, des ateliers et conférences sont proposés pour tout public et tout âge en semaine et le week-end tels des ateliers pour enfants pour fabriquer de la décoration de Noël.

Lydie Lecarpentier