Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Boostée par la crise sanitaire, Koovea lève 2,5 M€

Innovation. Basée à Montpellier, la PME développe des solutions de mesure de température à distance pour les marchés de la santé et de l’agroalimentaire.

John Aldon, Adrien Content et Yohann Caboni, à la tête de Koovea. DR

La pépite montpelliéraine Koovea, hébergée au Business & Innovation Centre (Bic) de Montpellier, s’apprête à changer de dimension avec l’appui d’une levée de fonds de 2,5 M€ auprès d’Irdi, Sofilaro et Bpifrance. Objectifs : accélérer son déploiement commercial, doubler ses effectifs et préparer sa stratégie à l’international. La start-up développe des sondes de surveillance de température à distance, une solution tout en un disruptive qui lui a permis de multiplier par 10 son chiffre d’affaires chaque année depuis la commercialisation de son premier outil en 2019 et le dépôt de trois brevets. La PME vise 2 M€ de CA en 2021.

Une solution préventive

Adrien Content, ancien salarié d’Altran et ingénieur en informatique, et Yohann Caboni, ingénieur en électronique, ancien développeur chez Secib, ont créé l’entreprise il y a six ans suite à un constat : « Nous avons pointé une problématique au sein d’un grand laboratoire qui transportait à l’époque ses médicaments avec des data loggers – un enregistreur de données doté d’un capteur de températures intégré – posés sur les palettes. Arrivée à destination, la clé était branchée à un ordinateur pour vérifier la température. Avec cette technologie, l’entreprise courait le risque de devoir tout jeter dans le cas où les températures n’avaient pas été respectées, engendrant ainsi du gaspillage et des coûts conséquents. Grâce à nos expériences complémentaires, nous avons décidé de proposer une solution préventive, plus efficace – la précision de mesure est à 0,02 degré près – et simple d’utilisation », explique Yohann Caboni, directeur général de Koovea.

Après trois ans de recherche, en parallèle de leurs emplois respectifs, en 2018 les deux amis décident de fonder la structure et de commercialiser une solution non filaire intégrant des capteurs intelligents, un routeur connecté et une plateforme de suivi de température permettant d’assurer le respect de la chaîne de froid en temps réel.

Une innovation primée

Depuis son lancement, la solution Koovea a reçu des prix dont le CES® 2019 Innovation Award dans la catégorie Fitness, Sport and Biotech. « À ce moment-là, d’autres solutions apparaissaient sur le marché. Mais au-delà d’une technologie, nous avons proposé un service pour aider nos clients à automatiser le suivi de température, c’est ce qui fait notre valeur ajoutée », ajoute-t-il. Parmi la centaine de clients qui constituent le portefeuille de Koovea, figurent les principaux acteurs de la santé tels que les transporteurs spécialisés, les laboratoires d’analyse médicale (stockage et transport), les centres hospitaliers, les cliniques, les pharmacies, etc. « qui obéissent à des normes très strictes », mais aussi des opérateurs de l’agroalimentaire, un secteur qui génère 30% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

L’entreprise héraultaise veut accroître ses marchés à l’étranger. DR

« En cinq minutes, le client peut installer la solution. Nous le formons en une heure. Il est alors autonome, ce qui a représenté un bel avantage pendant la crise. Nous avons pu créer une chaîne logistique en un temps record : en une semaine nous étions opérationnels. » Koovea sort ainsi gagnant de la pandémie de Covid-19, qui a nécessité le transport de millions de doses de vaccins. La crise a même été, pour la pépite, un accélérateur, entraînant une progression de 20% de son activité, dans un premier temps sur le marché national, puis désormais hors des frontières hexagonales.

Conquérir d’autres marchés

« Au début de la crise, nous nous sommes concentrés sur le marché français. Maintenant que la vaccination a bien avancé, nous travaillons désormais avec des pays émergents, en Afrique et Amérique Latine, qui mettent en place leur chaîne logistique. » D’autres actions sont par ailleurs bien amorcées, notamment avec une ONG américaine qui déploie au Congo la vaccination, en phase d’essai clinique, contre le virus Ebola, mais également au Chili, en Inde et au Moyen-Orient. En parallèle, la jeune pousse entend bien conquérir d’autre part de marché en France et conforter ainsi sa position de leader. Forte pour l’heure de 25 collaborateurs, la PME, qui compte désormais un troisième associé, John Aldon, envisage de doubler ses effectifs d’ici l’an prochain.

« La moitié de nos équipes est affectée à la R & D car nous concevons le design chez nous et la production est également réalisée sur le territoire occitan, ce qui nous permet d’afficher l’étendard made in France. Après avoir déjà augmenté nos effectifs l’année dernière, nous allons lancer une seconde vague de recrutements : des ingénieurs commerciaux, des spécialistes de la communication, du marketing, etc. », précise Yohann Caboni. Le groupe espère ainsi maintenir son rythme de croissance à deux chiffres.

Jennifer Legeron