Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Brough Superior, une histoire qui fait perdurer le mythe

Belle mécanique. En 1919, naissait la marque Brough Superior du nom de son créateur, le pilote de moto et dandy George Brough. La marque mythique, devenue centenaire, reste en piste et connaît une seconde vie à Saint-Jean, près de Toulouse, grâce à des passionnés.

L’histoire de Brough Superior a commencé en Angleterre, à Nottingham, dans l’entre-deux-guerres, pour s’achever en 1940. Un siècle après sa naissance, elle était remise en piste à Toulouse sous l’impulsion de Thierry Henriette de Boxer Design. En 2013, exploitée sous contrat de licence – avant d’être rachetée définitivement en 2018 par le groupe Henriette Holding –, la marque en pleine renaissance connaît un succès immédiat grâce à une maquette présentée au salon de Milan. Une maquette réalisée en trois mois par le toulousain Boxer design qui garde intacte l’image de la mythique Brough Superior. Des bikers et collectionneurs passent pré-commande d’une cinquantaine de motos pour lesquelles il faudra attendre pas loin de trois ans. Le projet fou de pré-industrialisation d’une nouvelle moto au look art déco – valeur de 65 000 € – est lancé, nécessitant un investissement de plusieurs millions d’euros. La première moto en pré série sort de la ligne d’assemblage fin 2016, le temps nécessaire pour son développement et son homologation sur route. 63 machines sortent ainsi de l’usine dès la première année. Le chiffre d’affaires (4 M€ en 2019) devrait doubler cette année grâce à la production des motos AMB 001 en partenariat avec Aston Martin. La capacité maximale, estimée à 250 motos en 2022, pourrait être portée à 300 machines d’ici quatre à cinq ans grâce à une extension.

Lydie Lecarpentier

Les lignes d’assemblage sont installées sur les hauteurs de Saint-Jean dans un bâtiment de 2 000 m2 aux allures de paquebot. Pour les 100 ans de la marque, un modèle SS100 Lawrence, au design modernisé mais tout autant stylé, a été lancé en mémoire du plus grand fan de la marque qu’était Lawrence d’Arabie.

Lydie Lecarpentier
Lydie Lecarpentier
Lydie Lecarpentier
Lydie Lecarpentier

L’entreprise a bâti sa renommée sur la fabrication locale, le choix de matériaux légers, dérivés de l’aéronautique (titane, aluminium, carbone) et l’exigence de qualité, fondée sur la maîtrise des process, de la production à l’assemblage. L’effectif comprend 12 techniciens et ingénieurs dédiés à la recherche et développement. La production fait intervenir différents métiers : soudeurs, chaudronniers, mécaniciens, monteurs et techniciens. Un atelier de peinture interne permet la personnalisation de chaque moto (choix des peintures, du design des réservoirs avec la possibilité de les réaliser à la feuille d’or). Un technicien est formé au moulage des peaux dans un atelier dédié à la sellerie. Chaque moto qui sort de l’usine est unique.

Lydie Lecarpentier
Lydie Lecarpentier

L’étage accueille les bureaux, le musée dédié à Boxer Bikes et un showroom où règne une véritable SS100 achetée aux enchères. Quoi de mieux pour inspirer les designers et garder l’esprit du modèle lancé par George Brough ? Albert Castaigne, directeur général de Brough Superior, a rejoint l’aventure aux côtés de Thierry Henriette au début des années 2000. Création de Boxers Bikes, puis de Brough Superior Motorcycles, et désormais co-branding avec Aston Martin : jusqu’où ira ce duo de passionnés ?

Lydie Lecarpentier

Aston Martin, la marque préférée du célèbre espion britannique James Bond, a confié en exclusivité à Brough Superior l’étude et la production de sa toute première moto de luxe AMB 001. Une série limitée de 100 motos numérotées non homologuées sur route est désormais en vente à plus de 100 000 € l’unité, assemblées dans ce très bel atelier aux allures de paddocks. Inspirée du design des voitures de luxe Aston Martin, cette moto unique a des caractéristiques hors du commun. Son châssis monocoque aux lignes fuselées est en carbone. Son poids n’est que de 180 kg. Son moteur turbo unique de 180 ch a été conçu et assemblé à Saint Jean. La sellerie en cuir est la même que celle des voitures de luxe de la marque britannique. La toute première a été livrée en mars et la dernière le sera en 2022. Bientôt une version homologuée ?

Lydie Lecarpentier