Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Cerfrance Gascogne Occitane poursuit sa stratégie de diversification

Services. Le réseau associatif de conseil et d’expertise comptable a un nouveau directeur général depuis février, Vincent Delochre. Sa mission : développer l’accompagnement des adhérents.

Vincent Delochre, nouveau directeur général de Cerfrance Gascogne Occitane, et William Villeneuve, son président. Agnès Bergon

Vincent Delochre vient de prendre la direction générale de Cerfrance Gascogne Occitane. Ce Breton de 49 ans est issu de l’opérationnel. Passé par des structures voisines en Normandie et dans l’Ouest de la France, il connaît bien les enjeux clients et les problématiques auxquelles sont confrontées les équipes. Un sérieux atout pour le réseau associatif de conseil et d’expertise comptable qui compte quelque 9 700 adhérents, 35 agences sur quatre départements (la Haute-Garonne, le Gers, l’Ariège et les Pyrénées- Atlantiques) et 450 collaborateurs.

Il a généré l’an dernier 22,7 M€ de chiffre d’affaires. Pour le président de Cerfrance Gascogne Occitane, William Villeneuve, la mission du nouveau directeur général est claire : il s’agit de poursuivre les efforts entrepris depuis quelques années pour diversifier les activités du réseau. Historiquement fortement implanté en milieu rural, très proche des agriculteurs (ils représentent encore entre 65 et 70% des adhérents de Cerfrance Gascogne Occitane), le groupement a, depuis, conquis des parts de marché dans différents secteurs d’activité dont l’artisanat, le commerce, le bâtiment, les services, les professions libérales, des TPE pour la plupart, mais aussi des PME.

Maillage territorial

Pour accompagner ces différents métiers, l’association de gestion et de comptabilité (AGC) mise sur la formation de ses collaborateurs, mais aussi sur des opérations de croissance externe. Deux rachats de cabinet ont ainsi été opérés depuis six ans. Le réseau poursuit également le maillage de son territoire, notamment en zone périurbaine. Deux agences ont été créées ces dernières années à Colomiers et L’Union. « Nous privilégions la proximité, pointe William Villeneuve : tous nos adhérents doivent être à moins d’une demi-heure de leur comptable ». Autre choix stratégique : le développement de l’accompagnement client.

« Nous privilégions la proximité : tous nos adhérents doivent être à moins d’une demi-heure de leur comptable »

« Notre plus-value réside dans le conseil, détaille Vincent Delochre, la connaissance des activités des entreprises et des territoires. Plusieurs projets ambitieux vont rythmer les prochains mois comme la généralisation de la facturation électronique et la poursuite de la digitalisation des process de comptabilité et de paie ». Pour répondre à ses problématiques, l’AGC a développé son expertise dans différents domaines : l’accompagnement juridique, le conseil en matière sociale, l’agronomie, la gestion de patrimoine, le digital ou encore la formation. « Nous sommes également capables d’accompagner des collectivités dans des projets de développement tels que l’implantation d’un abattoir dans le Comminges. Nous sommes à même, dans ce cas précis, de rechercher des subventions, de structurer la partie économique, les approvisionnements, etc. », ajoute William Villeneuve.

Après deux années de crise sanitaire et alors que les conséquences économiques de la guerre en Ukraine sont de plus en plus prégnantes, le réseau entend également jouer à plein son rôle d’accompagnement auprès d’adhérents parfois très durement touchés par les difficultés d’approvisionnement et la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas constaté de baisse de chiffre d’affaires de nos adhérents, note William Villeneuve. Cette année s’annonce décisive sur l’état de santé des entreprises, avec la fin des aides accordées par l’État et les incertitudes économiques induites par le contexte géopolitique ».

Agnès Bergon