Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Chill Ride : la moto en toutes saisons

David Stas et Arthur Bataille. Les deux compères, diplômés de l’Insa, ont développé un gilet thermorégulé pour la pratique de la moto.

David Stas et Arthur Bataille (au centre sur la photo) sont les co-dirigeants à l’origine de la start-up Chill Ride qui développe une innovation qui ravira les motards.

Ça peut paraître fou, et pourtant ! Après avoir effectué une balade à moto sous un soleil de plomb en 2018, David Stas a l’idée de créer un gilet thermorégulé afin de pouvoir profiter de la moto que ce soit en été ou en hiver. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en génie mécanique, il s’attelle à créer le gilet et sera par la suite rejoint par son futur compère, Arthur Bataille, lui aussi diplômé de l’Insa. Ce dernier nous explique tout d’abord comment fonctionne leur produit « C’est un gilet sans manches, fait à partir de textiles nobles qu’on peut retrouver dans les combinaisons utilisées par les cyclistes. Le gilet contient une double couche entre lesquelles un circuit hydraulique est incorporé. Ce dernier permet au pilote de se rafraîchir ou de se réchauffer selon la saison, grâce à la thermorégulation. Les réglages se font électroniquement, grâce à un boîtier connecté, fixé au préalable au niveau du guidon », explique Arthur Bataille.
Les matériaux électroniques contenus dans les gilets proviennent d’Asie. « L’acheminement des matériaux électroniques a été plus compliqué que prévu à cause de la crise sanitaire, nous avons donc pris du retard », souligne Arthur Bataille. Pour le reste, le duo a fait appel à l’entreprise KUB Designs, située dans la périphérie toulousaine pour la conception des gilets, qui sont assemblés dans la Ville Rose.
Dans son projet, le binôme est soutenu par l’incubateur WeSprint, qui accompagne de nombreuses start-up.
Les créateurs développent leur gilet grâce à des prêts bancaires mais surtout en s’appuyant sur le financement participatif via la plateforme Kickstarter.

Ils visent également la vente de 100 exemplaires pour commencer, ce qui représenterait environ 75 000 € de chiffre d’affaires.

David Stas et Arthur Bataille vont tenter de faire connaître leur produit en participant à des salons, en établissant des pop-ups stores. Afin de pouvoir, par la suite s’implanter dans des magasins spécialisés dans les deux roues.
Pour le moment, le marché visé prioritairement est le marché européen, avec déjà sept pays partenaires. À moyen terme, leur ambition est cependant de se lancer sur le marché mondial.
Dans leur quête d’excellence, les deux associés ont aussi décidé d’envoyer 15 gilets à des bêta testeurs pour l’été, afin que ces derniers puissent les tester et donner leurs avis. Cela permettra aux néoentrepreneurs d’optimiser leur création et de la faire connaître.

François Faddi