Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Éric et Isa Créations, au service du bois

Recyclage. Isabelle et Éric Granouillac vivent une belle histoire avec le bois, ça se voit, ça se sent. L’upcycling connaît une véritable montée en puissance, les entrepreneurs ont choisi cette voie, elle correspond à leurs valeurs.

Éric et Isabelle Granouillac. DR

Éric Granouillac était facteur à Paris puis à Toulouse. Il est revenu dans le Tarn-et-Garonne en 2015. « Je suis né à la campagne, elle me manquait trop, sourit l’entrepreneur. Mon nouveau métier, je l’ai découvert en visitant une scierie voisine. J’y suis allé par curiosité. J’étais sidéré par les 800 kilos de déchets de bois jetés chaque mois, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire pour les réutiliser. »

L’artisan s’intéresse au côté brut du bois. Il le travaille d’une manière naturelle, n’hésitant pas à y laisser un clou apparent, une écorce. Il ne recherche pas la perfection mais souhaite révéler le caractère du bois. Éric Granouillac crée et recycle, fidèle à son éducation : « c’est un juste retour des choses, l’arbre nous fournit de l’oxygène, des fruits, du bois. J’ai envie de lui offrir une seconde vie. Mes parents étaient agriculteurs. Chez nous, on ne jetait pas, on réparait. »

Le duo est en quête permanente de petits morceaux de bois. Par exemple, tous deux n’hésitent pas à récupérer le bois issu d’un chantier de démolition ou des planches de coffrage. Ils aiment aussi chiner dans les brocantes et sur les sites de petites annonces. Seule contrainte, Éric Granouillac doit pouvoir se projeter, imaginer comment transformer cette simple planche de bois en un meuble. « Nous avons souvent de belles surprises quand nous décapons le bois. Ce dernier nous raconte une histoire. Peu importe le bois, de l’acacia au chêne en passant par le pin. »

Des modèles uniques

L’entrepreneur s’est formé sur le terrain. C’est incontestablement un touche-à-tout, son appartement est un véritable show-room. Les idées de fabrication viennent des magazines, des réseaux sociaux comme Instagram, Pinterest… Ajoutons que sa femme est une vraie source d’inspiration, dénicheuse de tendances. Elle amène sa patte aux créations de son partenaire. Cadre infirmière, Isabelle Granouillac s’est réorientée dans les médecines douces et a écrit en parallèle plusieurs ouvrages de développement personnel. Menuisier, « pas vraiment », vous dira Éric Granouillac. La démarche de création est plus globale.

L’entreprise Éric et Isa Créations s’intéresse au côté brut du bois. DR

« Ce qui compte, c’est avant tout l’état d’esprit avec lequel nous fabriquons le meuble. Nous souhaitons inscrire l’entreprise dans une philosophie dédiée à la protection de l’homme et de la planète », souligne-t-il. L’artisan travaille sur-mesure. Les clients envoient les photos, les dimensions. « C’est à nous de proposer des idées et de coller à leur budget. » Le budget, parlons-en : « les clients pensent souvent que le produit fini sera moins cher puisqu’il s’agit de récupération. Or, il y a beaucoup de travail pour valoriser le bois, il faut de la pédagogie et l’expliquer aux clients » ajoute-t-il.

Passer à la vitesse supérieure

Éric Granouillac souhaite poser ses outils dans un atelier plus grand. Le confinement a, en effet, ralenti les investissements prévus. Développer le réseau de revendeurs fait aussi partie des priorités du couple, lequel expose ses pièces dans des concepts store à Toulouse ou encore au Vélo sentimental à Toulouse, le café de la Maison du Vélo, une belle visibilité. Des créateurs viennent les solliciter pour la fabrication de consoles destinées à mettre en valeur leurs bijoux, sacs…

Ils se sont également associés avec NectArt à Montech, quatre tapissières qui ont choisi les meubles d’Isa et d’Éric Granouillac pour aménager leur atelier. Les entrepreneurs avancent à leur rythme. Ils espèrent stabiliser leur chiffre d’affaires autour de 50 K€. « Notre idée n’est pas de faire du volume, c’est de vivre de notre activité, se faire plaisir et valoriser le bois. C’est déjà beaucoup ! », conclut Éric Granouillac.

Dorisse Pradal