Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Know Minut sur la pente ascendante

Digital. La plateforme de podcasts, Know Minut, dédiée au sport, au leadership et au développement personnel, connaît un bel essor.

Maxim Altenhoven, fondateur de Know Minut. DR

Comment rendre des sujets dédiés au sport, à la nutrition ou encore au leadership encore plus visibles sur la toile, dans un format court qui tend à se démocratiser ? C’est la question que s’est posée Maxim Altenhoven, qui, âgé d’à peine 26 ans, a déjà endossé le costume de chef d’entreprise après avoir enfilé notamment, parmi d’autres, le maillot de préparateur physique du Fenix Toulouse Handball. En 2019, ce Toulousain à l’accent belge, a lancé la plateforme de podcasts professionnels Know Minut (site et application mobile) qui comprend pour l’heure 4000 podcasts créés par 1200 intervenants et qui s’est notamment fait connaître grâce au bouche-à-oreille.

« Beaucoup d’experts ont envie de partager leur savoir mais ne sont pas à l’aise devant une caméra. De plus, le format du podcast, qui était déjà en vogue il y a quelques années dans les pays anglophones, est en plein essor en France », explique Maxim Altenhoven. Préparateurs sportifs, ostéopathes, mais aussi entrepreneurs ou encore personnalités mettent ainsi en lumière leurs connaissances dans leurs domaines respectifs. Quid du fonctionnement ? « Ils choisissent leur contenu. Mais nous ne gardons que le contenu de qualité. Nous ne cherchons pas à surfer sur les tendances, mais plutôt à proposer du contenu exclusif. »

Encourager les podcasteurs

Autre point essentiel : la rémunération des intervenants. « Contrairement à d’autres plateformes qui proposent une très faible rémunération, Know Minut a à coeur d’encourager les podcasteurs, et nous sommes les seuls à le proposer de cette manière. Ainsi, une part (12,5 %) du chiffre d’affaires généré par les abonnements premium, nouvelle offre que nous mettons en place, sera reversée aux contributeurs dits pros. Et chacun d’entre eux recevra entre 10 et 13 % de cette part », insiste le chef d’entreprise.

Depuis sa création, la plateforme, qui réunit 32 000 membres et vise comme clients autant les sportifs de haut niveau, que des professionnels ou des chefs d’entreprise qui ont besoin d’un coup de pouce, poursuit ainsi son évolution avec une nouvelle version 4.0. Pour ce faire, le fondateur collabore avec l’agence toulousaine Bleu 122 spécialisée dans le domaine des applications mobiles. « Nous proposons désormais des filtres spécifiques selon les goûts et les besoins des membres. Nous avons également optimisé des playlists, l’ergonomie, la navigation, etc., et proposons un abonnement mensuel sur les contenus Pro. »

100 000 membres visés

Know Minut entend aussi se diversifier avec des services complémentaires dont des séminaires et des formations en ligne dès cet hiver. De plus, souligne Maxim Altenhoven, « en vue des JO de 2024, des discussions avec des salles de sport et des fédérations sont en cours. Nous pouvons apporter un réel accompagnement dans la progression des athlètes. » En attendant, Know Minut, qui a franchi le million d’écoutes en 2021, espère atteindre 100000 membres actifs, 10000 intervenants et 30 000 podcasts d’ici trois ans.

La pépite envisage également de recruter deux personnes bien que Maxim Altenhoven avance que, « le salariat est un modèle qui s’essoufflera d’ici quelques années. Et dans un monde à la fois dynamique et fragile, je préfère m’entourer de collaborateurs indépendants. Cependant, pour accompagner la croissance de Know Minut, je compte renforcer mon équipe en interne d’ici la fin de l’année côté service client et business développement. »

Solliciter un soutien d’Ad’Occ

À la question de savoir comment l’idée de Know Minut est née, l’entrepreneur avoue : « lorsque j’ai quitté le domicile pour intégrer un cursus de sport étude à 16 ans, je suis entré dans une phase d’introspection alors que j’étais plutôt un « sale gosse ». J’ai commencé à me poser des questions sur le développement personnel, l’entrepreneuriat, etc. En marge de mes études, j’ai réalisé pendant trois ans différents voyages professionnels en Australie, aux USA, au Canada consacrés à l’entraînement sportif, à la préparation physique et à la rencontre de coaches. »

Forte de son succès, la plateforme fait ainsi appel au principe de love money. « D’ici la fin de l’année, nous serons au total neuf associés provenant de France, de Suisse et de Belgique. Nous sommes également positionnés comme start-up innovante pour solliciter un soutien d’Ad’Occ de l’ordre de 50 K€ », conclut-il.

Jennifer Legeron