Informations régionales économiques et juridiques
141e année

L’association Prévention et Retournement met un pied à Toulouse

Entreprises. Les professionnels du restructuring se fédèrent pour être plus visibles et gagner en efficacité.

Bernard Valla et Philippe Wallaert. DR

Les professionnels de l’accompagnement des entreprises en difficultés et en situations complexes, qu’ils soient administrateurs judiciaires, avocats, conseils financiers, banquiers spécialisés, conseils en ressources humaines ou managers de transition, auront désormais à leur disposition une structure grâce à laquelle ils pourront échanger sur leurs pratiques professionnelles. L’association Prévention et Retournement, créée en 2004, présidée par Bernard Valla, directeur chez KPMG Restructuring à Lyon, vient en effet de mettre un pied dans la Ville rose, après s’être également développée à Marseille.

L’anticipation comme crédo

À l’origine de ce déploiement en Occitanie, on trouve Philippe Wallaert, qui a été pendant 27 ans avocat d’affaires à Toulouse et Bordeaux, en charge de gros dossiers de restructuration dans la région toulousaine, avant qu’il ne décide il y a trois ans de changer de voie pour devenir manager d’entreprise puis de créer une entreprise spécialisée dans le management de transition. « Nous faisions le constat depuis un certain nombre d’années, d’une carence d’occasions pour les professionnels du restructuring dans le Sud-Ouest, de se réunir, d’échanger et de faire passer des messages aux institutions et aux chefs d’entreprise. Cette crise nous est apparue comme le bon moment pour nous déployer en région », détaille Philippe Wallaert.

« Notre mot d’ordre, notre ADN, notre credo, c’est la prévention et l’anticipation, rappelle Bernard Valla. Plus une situation est anticipée, moins les solutions sont compliquées à trouver. » L’association, qui compte 200 membres à l’échelon national, devrait réunir une quarantaine de nouveaux adhérents à Toulouse. « Prévention et Retournement n’a pas vocation à travailler sur des dossiers, précise Philippe Wallaert, mais de fédérer les professionnels de différents métiers, pour qu’ensuite, globalement, on gagne en efficacité. Le succès de notre soirée de lancement à Toulouse confirme ce besoin d’échanges ».

Agnès Bergon