Informations régionales économiques et juridiques
141e année

La clinique St-Exupéry change d’échelle

Santé. L’établissement a investi 50 M€ pour doubler de surface. Il assure désormais la prise en charge des maladies chroniques.

Longtemps spécialisée dans la néphrologie, la clinique St-Exupéry étend son activité aux maladies chroniques. DR

Spécialisée depuis plus de 45 ans dans la prise en charge médicale des maladies du rein, la clinique St-Exupéry connaît depuis un an une véritable révolution. L’établissement indépendant – il est membre du groupement Clinavenir –, situé dans le quartier de l’Ormeau à Toulouse, a pris le parti, du fait du déménagement de la clinique Saint-Jean Languedoc (dont les activités, avec celles de la polyclinique du Parc, ont été transférées à la clinique de la Croix du Sud à Quint-Fonsegrives) à laquelle elle était adossée, de mener de très importants travaux d’extension et de rénovation afin d’assurer la continuité et la globalité des soins à ses patients.

Le chantier s’est achevé en juillet 2020, après l’emménagement des équipes dans leurs nouveaux locaux dès mars 2020 suivi d’une montée en puissance progressive des activités. Doté d’un parking de 250 places, l’ensemble a été inauguré le 19novembre dernier en présence des élus métropolitains et du département. Le nouveau bâtiment très lumineux, qui étire désormais sa façade le long de la rue Émile Lécrivain, a été pensé par les architectes Gérard Huet et Pierre Fernandez. L’ensemble du projet a nécessité près de 50 M€ d’investissements.

Un établissement de pointe ancré dans son quartier

C’est donc une nouvelle page qui s’ouvre pour l’établissement de santé puisqu’en plus de la néphrologie, la clinique assure ainsi désormais « la prise en charge globale et graduée du patient atteint de maladies chroniques », assure Vincent Lacombe, son président, depuis la consultation jusqu’aux soins médicaux de réadaptation en passant par les examens. La clinique, qui vient de doubler de surface pour atteindre plus de 20 000 m2, abrite désormais en effet un plateau de consultations pluridisciplinaires où exerce une soixantaine de praticiens (dont 10 néphrologues) de 25 spécialités médicales et paramédicales différentes (cardiologie, diabétologie, dermatologie, ophtalmologie, gériatrie, etc.), un laboratoire d’analyses de biologie médicale et un centre d’imagerie complet (IRM, scanner, échographie, radiologie) ouverts à tous.

« Notre ambition, explique Vincent Lacombe, est effectivement de proposer une offre pluridisciplinaire et une offre de proximité, puisque depuis le départ de la clinique Saint-Jean Languedoc et de la clinique du Parc, il n’y a plus d’offre de santé hospitalière sur la rive droite de Toulouse. » À cette offre pluridisciplinaire s’ajoute également une unité d’hospitalisation de jour pour permettre au patient de réaliser de manière coordonnée, sur une journée, tous ses examens et bilans et d’obtenir différents avis médicaux. Un service de médecine interne a également vu le jour, en vue de la prise en charge des situations médicales complexes (maladies autoimmunes, polypathologies…).

Une première en Occitanie

Grâce à l’expertise de son nouveau service de médecine interne, la clinique St-Exupéry est l’une des premières cliniques de Haute-Garonne à avoir mis en place un bilan diagnostic du Covid long sur une journée, en unité d’hospitalisation de jour. Autre innovation : l’établissement s’est doté d’une unité de soins médicaux de réadaptation (ex-SSR) polyvalente. Sur les 45 lits ouverts, 30 sont orientés vers la néphrologie – « une première en Occitanie ». Les 15 autres lits sont orientés vers d’autres pathologies. D’ici la fin 2022 début 2023, Vincent Lacombe espère également l’ouverture sur le site, « d’un centre de soins non programmés pour l’accueil des patients sans rendez-vous. Il aura vocation à compléter l’offre de médecine générale et à désengorger les gros services d’urgence », pointe-t-il.

Un projet qui patiente dans les cartons en attendant que soit fixé le sort des anciens bâtiments attenants de l’ancienne clinique Saint-Jean Languedoc aujourd’hui englué dans un imbroglio juridique. Forte de ces nouvelles capacités (elle compte aujourd’hui 122 lits contre 48 auparavant), la clinique St-Exupéry, qui a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 27 M€, emploie désormais 256 salariés contre 190 en 2018. Elle enregistre 70 000 séances d’hémodialyse chaque année et 36000 journées d’hospitalisation par an contre 10000 précédemment.

Agnès Bergon