Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Le modèle coopératif fait des émules

Entreprises. L’Urscop Occitanie Pyrénées a accompagné la création de 28 nouvelles Scop en 2021.

Rémi Roux, président de la Scop Ethiquable, est depuis novembre le nouveau président de l’Urscop Occitanie Pyrénées. DR

Dans un contexte marqué par la persistance de la crise sanitaire, l’Union régionale des Scop (Urscop) Occitanie Pyrénées, qui fédère les sociétés coopératives et participatives (Scop) et les sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic), a enregistré l’an dernier une très nette progression de l’emploi au sein des entreprises qu’elle accompagne, soit +9,6% par rapport à 2020. En 2022, l’Urscop compte ainsi sur son territoire, à savoir l’ex-Midi-Pyrénées, 419 sociétés coopératives pour 6 030 emplois, représentant un chiffre d’affaires global de près de 660 M€.

28 créations d’entreprises coopératives en 2021

En 2021, 28 nouvelles entreprises coopératives ont intégré le réseau des Scop Occitanie, le département de la Haute-Garonne recensant la majorité des créations, soit 61% d’entre elles. Comme les années précédentes, le statut Scic, statut au service de l’innovation sociale et de l’initiative citoyenne, a séduit un grand nombre de porteurs de projet, mais ce sont encore les créations en Scop qui dominent avec près de sept créations sur 10.Ces nouvelles sociétés coopératives concernent tous les secteurs d’activité, depuis le BTP jusqu’à la formation en passant par la communication, l’énergie, le numérique, les transports, l’agriculture. Pour autant les secteurs du commerce-artisanat et de l’alimentation-restauration, dominent très nettement, représentant 34 % des créations.

Plus de 170 emplois créés ou maintenus, dont 130 grâce à des transmissions d’entreprises

Le modèle de la Scop a de plus en plus souvent la faveur des dirigeants qui souhaitent céder leur entreprise – notamment au moment de leur départ à la retraite –, la transmission aux salariés par ce biais permettant de fait d’éviter la disparition de nombreuses entreprises faute de repreneur. Dans ce délicat passage de témoin, l’Union régionale accompagne régulièrement cédants et repreneurs, favorisant ainsi la sauvegarde des emplois et des savoir-faire.

« Avec un début d’année encore compliqué, nous espérons que le virage de notre société vers un monde plus social, plus solidaire et plus écologique va pouvoir se poursuivre et même s’accélérer »

L’an dernier ce sont ainsi cinq transmissions d’entreprises qui ont été menées à terme, assurant la création ou la sauvegarde de plus de 130 emplois sur le territoire, représentant les trois quarts des emplois créés en 2021. « En dépit du rebond épidémique, l’année 2021 reste une belle année de travail pour l’Union régionale, pointe Cyrille Rocher, son directeur. L’intelligence collective en a été le principal facteur clé de succès. Une réussite qui se caractérise, encore, par le rachat d’entreprise à l’intention des salariés, pour la moitié des effectifs créés. »

Un engagement fort des outils financiers du mouvement coopératif

Le réseau coopératif met à disposition des porteurs de projet de création, reprise et transmission d’entreprises en coopératives une palette d’instruments financiers performants : prêts participatifs via la Socoden, intervention en capital, en titres participatifs et obligations convertibles via Scopinvest, garanties de prêts, financements de BFR ou crédits baux via Sofiscop. Parmi les 28 nouvelles coopératives, sept ont pu bénéficier d’un soutien financier du Mouvement coopératif. Ce dernier a garanti 1 280 000 € d’emprunts bancaires, octroyé 120 000 € de prêts participatifs et financé 150 000€ de titres participatifs en haut de bilan au profit de ces sept nouvelles coopératives. En 2022, la crise sanitaire n’est pas totalement résorbée et l’incertitude demeure.

« Avec un début d’année encore compliqué, nous espérons que le virage de notre société vers un monde plus social, plus solidaire et plus écologique va pouvoir se poursuivre et même s’accélérer, indique Rémi Roux, président de l’Urscop Occitanie Pyrénées. Les citoyennes et citoyens français attendent un changement. Espérons qu’il sera dans la bonne direction : celle qui remet l’être humain au centre des valeurs, et qui laisse le profit à sa place (un moyen pour se développer, mais surtout pas un but). » Implantée sur deux sites (Toulouse et Montpellier), l’Urscop Occitanie recense 608 sociétés coopératives (Scop et Scic), 8 221 emplois coopératifs et quelque 800 M€ de chiffre d’affaires généré.

Agnès Bergon