Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Le simulateur d’Assolia séduit Arterris

Agriculture. La start-up toulousaine et le groupe agricole coopératif basé dans l’Aude ont signé un partenariat de cinq ans.

Sébastien et Pierre Albouy cofondateurs, avec Remy Dangla, d’Assolia. DR

Permettre aux agriculteurs d’optimiser assolement et rotations des cultures afin de maximiser les rendements, c’est ce à quoi s’emploie Assolia. La start-up, créée en 2020 à Toulouse, développe une application web dédiée. Véritable outil d’aide à la décision (OAD) inédit, elle permet aux agriculteurs de simuler et de valider leurs schémas de rotation des cultures selon des critères personnalisés. Destinée à faciliter le travail de conseil et d’accompagnement au sein des structures agricoles, l’application a également été optimisée pour répondre aux exigences spécifiques du volet « Diversification des cultures » de la future Politique Agricole Commune (PAC) 2023.

Accompagnée par l’incubateur régional Nubbo, la jeune entreprise franchit une nouvelle étape de son développement avec la signature d’un partenariat de cinq ans avec le groupe agricole coopératif Arterris et la mise sur le marché de son logiciel. La répartition et la rotation des cultures sur les parcelles, ou assolement pluriannuel, sont des décisions fondamentales dans la vie d’une exploitation agricole. Les choix effectués impactent toutes ses activités et leurs conséquences, économiques ou environnementales, sont d’autant plus critiques qu’elles sont durables. Des décisions souvent compliquées par le nombre de paramètres à maîtriser, la diversité des objectifs visés et l’absence d’outils dédiés. Une réalité que connaissent bien les fondateurs de la start-up Assolia, eux-mêmes issus du monde agricole, qui ont conçu et développé cette solution logicielle de simulation et de gestion de l’assolement pluriannuel jusqu’ici sans équivalent sur le marché.

« La solution logicielle Assolia est une vraie révolution stratégique pour le monde agricole. Elle arrive également à point nommé pour anticiper la prochaine PAC. »

« L’agriculture moderne est fondée sur trois piliers : la chimie, la mécanisation et l’agronomie », rappelle Pierre Albouy, ingénieur logiciel et cofondateur d’Assolia. « Les deux premiers ont connu de grandes évolutions mais montrent leurs limites face aux enjeux sociétaux et environnementaux qui sont les nôtres. Si nous voulons progresser vers des modèles plus vertueux et des marges plus rentables, c’est désormais l’agronomie qu’il faut privilégier, car c’est un formidable levier de progression. Avec des outils dédiés comme celui d’Assolia nous allons pouvoir explorer de nouveaux modèles de rotation des cultures, simuler et anticiper leurs effets et en exploiter tout le potentiel. »

Un outil stratégique de conseil et de gestion

Le logiciel d’Assolia s’adresse en premier lieu aux conseillers agronomiques et technico-commerciaux. Spécialistes de leur territoire et de leur secteur d’activité, leur rôle de conseil et de préconisation s’effectue au plus près des agriculteurs, qu’ils accompagnent dans le choix de solutions adaptées à leurs besoins et activités spécifiques. Les décisions d’assolement reposent traditionnellement sur la connaissance du terrain et l’expérience des exploitants, associées aux compétences techniques et à l’expertise de leur conseiller. Une méthodologie qui a ses limites face au nombre de paramètres et de scénarios possibles. L’algorithme et les capacités du logiciel d’Assolia visent à offrir une réponse sur mesure, permettant ainsi aux agriculteurs de maximiser leur marge brute en opérant un assolement plus efficace. Ce sont ces différents atouts qui ont séduit Arterris.

Le groupe coopératif, qui s’étend sur l’Occitanie et la région Sud (ex-Paca), fédère plus de 25 000 agriculteurs, représente 350 000 hectares de cultures et emploie 2200 salariés pour un chiffre d’affaires de plus d’1 Md€. Arterris a ainsi décidé de déployer la solution d’Assolia auprès de ses adhérents dans les cinq prochaines années. « Nous sommes en recherche permanente d’outils innovants à mettre au service de nos adhérents. La rencontre avec la start-up Assolia a été déterminante et nous avons travaillé pendant 18 mois en étroite collaboration pour aboutir à la version qui sera commercialisée cette année. La solution logicielle Assolia est une vraie révolution stratégique pour le monde agricole. Elle arrive également à point nommé pour anticiper la prochaine PAC. Elle sera portée à la fois par nos équipes terrain et disponible pour nos agriculteurs en direct dans les prochains mois », précise Christophe Rivayran, directeur technique production végétales chez Arterris.

Les marchés internationaux comme objectif en 2023

Le logiciel permet, via une simple interface web, d’importer facilement les données agronomiques et économiques ainsi que d’affiner les informations spécifiques pour chaque exploitation. Les contraintes d’exploitation (PAC, besoins d’élevage, tonnage, limites d’irrigation…) et les objectifs à moyen et long terme sont également associés à l’ensemble des données traitées. La perspective de la réforme de la PAC 2023 a guidé la décision d’Assolia d’intégrer des paramètres complémentaires, qui devraient se révéler utiles pour le calcul et l’obtention d’aides. La validation des paramètres génère une sélection instantanée des meilleures options d’assolement pour les années à venir (objectifs de trois à sept ans). Ces propositions émises, l’agriculteur a la possibilité d’ajuster les recommandations et de visualiser leur impact sur les rendements futurs et la marge brute anticipée.

Assolia, qui emploie six collaborateurs, travaille d’ores et déjà à intégrer de nouveaux calculs d’objectifs et de nouvelles contraintes. La première édition du logiciel vise le domaine des grandes cultures et sera par la suite étendue à la polyculture-élevage. Une fonctionnalité spécialement dédiée à la transition vers le bio (gestion de parcelles mixtes) est en cours de développement. Aujourd’hui, concentrée sur le lancement commercial de son logiciel en France et en Europe, Assolia vise les marchés internationaux à l’horizon 2023. Assolia fait partie des 10 start-up présélectionnées par Agri Sud-Ouest Innovation pour faire partie du WiClub Agritech créé par la plateforme de financements participatifs WiSeed, en partenariat avec le pôle de compétitivité ASOI, pour favoriser l’investissement dans le domaine de l’Agri-Tech.

Rédaction GdM