Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Le sport au cœur des entreprises

Jules Chevallet. Il a créé la Boîte à Sport, un concept qui rapproche la salle de sport de l’entreprise en vue de favoriser le bien-être des salariés.

Jules Chavallet, fondateur de la Boîte à Sport.
Jules Chavallet, fondateur de la Boîte à Sport. dr

Ce natif de Castres, diplômé d’un BTS management des unités commerciales (MUC) à Toulouse et qui a posé ses valises à Nice pour suivre un bachelor international à l’Edhec, a développé un concept novateur qui a pour mission de remettre le sport au cœur des entreprises. Un marché qui reste encore peu développé tandis que les messages auprès du grand public pour inciter à une pratique sportive régulière affluent depuis plusieurs années.

« Nous proposons aux entreprises des containers transformés en espaces sportifs afin d’augmenter le sport en entreprise, explique Jules Chavallet, fondateur de la Boîte à Sport. L’objectif est de favoriser le bien-être des salariés et d’augmenter leur productivité. »

Ce sportif de haut niveau, féru d’activités indoor et outdoor en tout genre, a créé la Boîte à Sport en début d’année. « Nous proposons aux entreprises des containers transformés en espaces sportifs afin d’augmenter le sport en entreprise. L’objectif est de favoriser le bien-être des salariés et d’augmenter leur productivité. Aussi, notre concept favorise la cohésion d’équipe. En parallèle, le fait de bénéficier d’une tranche de sport dans la journée permet de réduire les troubles musculo-squelettiques (TMS), une problématique récurrente liée au monde du travail. Et puis, les employés font généralement du sport le soir en sortant du travail, mais à la longue, l’envie s’amenuise. Nous visons également les salariés du secteur industriel qui ont recours au système des trois-huit afin de leur permettre de se défouler lorsque les salles de sport sont fermées  », détaille l’entrepreneur de 23 ans. Il propose ainsi des espaces sportifs entièrement équipés d’une surface de 15 à 90 m2, livrés en trois mois. « Nous ajustons notre offre en fonction des besoins des entreprises. Certaines demanderont beaucoup d’équipements, d’autres préféreront bénéficier d’un espace pour la pratique du yoga. Nous proposons une mensualisation comprise entre 2 000 et 3 000€ ou l’achat d’un container à partir de 50 000 € ». Autre avantage : une application, comprise dans l’offre, permet aux salariés de réserver leurs séances, d’avoir accès à différents programmes et de bénéficier d’un entraînement avec un coach.
Le fondateur, attaché au made in France, collabore notamment avec une entreprise montalbanaise spécialisée dans la transformation des containers, un fournisseur d’équipements sportifs parisien et une entreprise spécialisée dans le développement d’application, également parisienne. Quid de la maintenance ? « Cette partie est gérée par le fournisseur ou moi-même. Le matériel doit être vérifié régulièrement ». Pour l’heure, le projet ne se frotte pas à une concurrence accrue. « Nous avons uniquement repéré une entreprise basée à Singapour qui propose de déposer les containers aux pieds des centres d’affaires, avec une gestion différente. Quelques projets tentent de percer en Europe, mais il ne s’agit pas de containers réutilisés. » Après avoir investi 50 000 € en fonds propres, l’entrepreneur attend avec impatience de passer à la vitesse supérieure. « Pour l’heure, nous sommes notamment en discussion avec des grands groupes et des ETI. » La pépite, qui a été incubée au sein de l’accélérateur Edhec à Nice, envisage une dizaine de locations d’ici 2022 et espère atteindre un CA de 2 M€. La Boîte à Sport vise, dans un premier temps, le marché niçois et toulousain avant de conquérir le territoire national. La jeune pousse envisage également d’étoffer son équipe dès l’an prochain. « Nous souhaitons recruter un manager pour chaque ville ». Un espace dédié aux particuliers

Jennifer Legeron