Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Les signaux sont au vert pour les emballages en bois

Industrie. La PME, Embalbois, basée à Moissac, entend ouvrir une nouvelle ligne de production au printemps prochain.

Damien Fraunié PDG de la société Embalbois, au côté de son frère Julien Fraunié, DG.

L’entreprise Embalbois, nichée à Moissac, spécialisée dans la fabrication d’emballages, essentiellement en bois et en carton pour le conditionnement de fruits et légumes, est avant tout une histoire de transmission et de famille. Aujourd’hui, Damien Fraunié, au côté de son frère Julien Fraunié, est aux commandes de la PME – laquelle existe depuis plus de 50 ans –, succédant ainsi en janvier à son père Francis Fraunié. L’histoire commence en 1960 dans la commune de Lauzerte avec Georges Fraunié, charpentier de métier et sa femme, qui prend les rênes de la structure, à l’époque.

« L’investissement global atteint 1,8 M€ pour la mise en route de cette nouvelle ligne de production »

Puis en 1971, la société déménage à Moissac. Leur fils, Francis Fraunié rejoint l’entreprise familiale en 1978 et se forme sur le tas, avant de reprendre la gérance en 1981. Quinze ans après, la société poursuit son extension dans de nouveaux locaux passant ainsi de 1000 à 7000 mÇ, pour un investissement d’1,5 M€. Après l’installation d’une nouvelle ligne de production, suivie du rachat, en 2011, de l’entreprise d’emballage bois, EBI, située à Verdun-sur-Garonne, Embalbois connaît une envolée de 40% de son chiffre d’affaires.

L’entreprise franchit ainsi définitivement le cap de l’industrialisation et double sa production, passant ainsi de 2,5 millions d’emballages à 4,5 millions. Pendant l’année 2020, à rebours de certaines activités, l’entreprise affiche une belle progression avec une production de sept millions d’emballages, le secteur de l’agroalimentaire étant particulièrement épargné par les effets de la pandémie.

Soutien de la région à hauteur de 485 000 euros

Passée entre les mains de trois générations, l’entreprise a ainsi connu plusieurs tournants et poursuit son développement. Elle a récemment bénéficié d’une subvention de la Région, à hauteur 458 K€, au titre d’un contrat de Relance. Grâce à cette aide, l’entreprise entend créer une nouvelle ligne de production, qui devait sortir de terre début mars 2022, et espère ainsi, en une année, produire 6 000 cageots en bois par jour, contre 3 000 aujourd’hui.

« L’investissement global atteint 1,8 M€ pour la mise en route de cette nouvelle ligne de production, précise Damien Fraunié, PDG de Embalbois. Elle permettra notamment d’optimiser la gestion de l’organisation et le travail des équipes. Sans cette aide, et le passage de ce nouveau cap, nous aurions été contraints de réduire la voilure, car nous avons atteint notre capacité maximale de production. En effet, nous produisons 6,5 millions d’emballages par an alors qu’une ligne permet normalement de produire cinq millions d’emballages. »

10 millions d’emballage d’ici trois ans

L’objectif de la PME, qui emploie, pour l’heure, 43 collaborateurs, est d’atteindre 10 millions d’emballages d’ici trois ans. L’entreprise, qui espère aujourd’hui séduire davantage de grands groupes et de coopératives plutôt que de petits producteurs – cible auparavant majoritaire – entend pérenniser son roulement, et étendre son maillage dans les Landes. La moitié de son CA provient actuellement du Tarn-et-Garonne et des départements limitrophes comme le Lot-et-Garonne et la Dordogne.

La prestation de montage de carton représente, quant à elle, 1% de l’activité de l’entreprise, soit 200 K€ de CA sur 6 M€ de CA généré en 2020. L’entreprise, qui prend en charge toute la chaîne de production, de la réception des peupliers provenant de la région à leur débitage et à leur transformation dans l’usine, cultive depuis sa création la notion d’éco-responsabilité et privilégie le concept de circuit court. « Nous replantons tous les arbres prélevés », souligne, par ailleurs, le PDG. Embalbois, qui compte recruter trois collaborateurs supplémentaires d’ici la fin de l’année, espère atteindre un CA de 6,5 M€ en 2022, lequel est en passe de connaître une contraction du fait des épisodes de gel, cette année, qui ont notamment touché ses clients régionaux.

Jennifer Legeron