Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Machines à commandes numériques : Mécanuméric et ERM Automatismes s’associent

Fabrication numérique. Les deux PME du sud de la France font une offre commune qui cible établissements de formation et fablabs.

La nouvelle offre de produits développée par Mécanuméric et ERM Automatismes cible les établissements de formation et les fablabs.
La nouvelle offre de produits développée par Mécanuméric et ERM Automatismes cible les établissements de formation et les fablabs. Mécanuméric

Le tarnais Mécanuméric et le vauclusien ERM Automatismes annoncent avoir signé un partenariat en vue de développer une nouvelle offre à destination des établissements d’enseignement professionnel et des fablabs, ma­nière pour les nouveaux partenaires d’accompagner la transition numérique de l’industrie.
Basé à Carpentras, ERM Automatismes (45 salariés, près de 10 M€ de CA) développe des solutions didactiques pour les formations technologiques et professionnelles, des outils utilisés par plus de 1 500 établissements partout en France et dans le monde. De son côté, Mécanuméric (21 M€ de CA et 150 collaborateurs) est devenue en 25 ans l’un des leaders mondiaux des machines de dé­coupe à commandes numériques. Une activité porteuse, qui a conduit le Tarnais à s’agrandir, il y a trois ans, en s’installant sur un site de 35 000 m2, dans la zone Eco2 Rieumas de Marssac-sur-Tarn, près d’Albi (cf. La Ga­zette du Midi du 18 juin 2018, n° 8630).

« La fabrication assistée par des machines à commande numérique permet aux jeunes élèves d’acquérir de nouvelles compétences qui leur seront nécessaires dans le monde pro­fessionnel, explique les deux partenaires. L’utilisation du numérique fait ainsi de plus en plus partie intégrante des programmes de formation pour une multitude de métiers, notamment techniques. »

Le partenariat, signé il y a quelques semaines, porte sur la distribution de machines de fraisage, de tournage et de découpe au jet d’eau. Des équipements qui ont déjà séduit plusieurs régions dont le Centre-Val de Loire qui a décidé d’équiper les laboratoires de fabrication numérique de 23 lycées technologiques en fraiseuses et tours CNC (commande numérique par calculateur), dédiés à la découpe, la gravure et l’usinage 3D. L’Occitanie a, de son côté, passé commande d’une machine à découpe au jet d’eau pour équiper un lycée de Perpignan.
Qu’il s’agisse d’équipements techniques high-tech ou de laboratoires de fabrication dédiés au prototypage et à l’expérimentation, « la fabrication assistée par des machines à commande numérique permet aux jeunes élèves d’acquérir de nouvelles compétences qui leur seront nécessaires dans le monde pro­-fessionnel », expliquent les deux partenaires. L’utilisation du numérique fait ainsi de plus en plus partie intégrante des programmes de formation pour une multitude de métiers, notamment techniques.
D’autres débouchés dans l’enseignement supérieur ont également été trouvés puisque des machines de découpe au jet d’eau ont été vendues à l’IUT d’Amiens, à l’Estia, école d’ingénieur de Bidart, et à des centres de formation pour apprentis, tel celui de la chambre de métiers et de l’artisanat du Var.

Les fablabs, nouvel enjeu

Ce faisant, Cyril Liotard, PDG d’ERM Automatismes et Arthur Pais, PDG de Mécanuméric, parient sur un marché plus global, celui des fablabs. Depuis quelques an­nées, ces ateliers de fabrication numérique se multiplient, aussi bien dans les établissements de formation que dans le monde professionnel en général, répondant à un besoin croissant pour les « makers » de se réapproprier des moyens de production, produire et créer soi-même avec des machines simples d’usage, lutter contre l’obsolescence programmée, concevoir et modéliser des objets… « Le concept de fablabs est particulièrement adapté aux entreprises industrielles : c’est un lieu de création qui permet de stimuler et d’accélérer l’innovation. Plus qu’un simple local technique, les fablabs “corporate” sont des catalyseurs de cohésion et de collaboration : les salariés osent porter des idées et démarrer des projets, ils se sentent libres et la notion de hiérarchie est gommée », explique, de son côté, Émilie Pais, responsable de la communication de Mécanuméric.
Des négociations sont en cours avec de gros acteurs du secteur. Un nouveau produit de fraiseuse CNC moyen format a même été lancé en développement chez Mécanuméric, pour répondre à leur demande en vue de compléter l’offre actuelle. Ces nouveaux produits seront disponibles en septembre prochain, indique la PME tarnaise.

« Le concept de fablabs est particulièrement adapté aux entreprises industrielles : c’est un lieu de création qui permet de stimuler et d’accélérer l’innovation, explique, Émilie Pais, responsable de la communication de Mécanuméric. Plus qu’un simple local technique, les fablabs “corporate” sont des catalyseurs de cohésion et de collaboration : les salariés osent porter des idées et démarrer des projets, ils se sentent libres et la notion de hiérarchie est gommée »

« Mécanuméric a décidé en 2007 d’élargir son offre de produits en prenant le contrôle de la société Charlyrobot, acteur bien connu de l’Éducation en France. Cette première étape nous a permis de réaliser l’importance de la formation initiale sur l’employabilité et la compétence des futurs opérateurs et collaborateurs, rappelle Arthur Pais. Par mes mandats consulaires de président des commissions Emploi et Formation auprès de la CCI du Tarn et de la CCIR Midi-Pyrénées, je connais bien ce secteur de l’Éducation en général, mais surtout celui de la formation professionnelle et j’ai pu analyser quel pourrait être notre apport dans ce secteur. Après avoir rénové et développé la gamme Éducation au sein de Charlyrobot et de Mécanuméric, il m’est apparu comme une évidence que notre culture interne très orientée « monde industriel » n’était pas la meilleure pour avoir l’écoute nécessaire et apporter le service adéquat au secteur de l’Éducation et des fablabs. Attaché au “fabriqué en France”, j’ai recherché et trouvé en ERM un partenaire qui partage nos valeurs et notre vision. Ensemble nous voulons prouver que nos produits, conçus et fabriqués en France, peuvent malgré tout être vendus en France, dans ce secteur aux budgets limités, en dépit de la concurrence de produits à bas prix venant d’Asie et particulièrement de Chine. »

« Le partenariat avec Mécanuméric vient enrichir notre gamme via l’ajout de solutions en découpe au jet d’eau, en usinage compact et en routeurs CNC, souligne Cyril Liotard, PDG d’ERM Automatismes. Accroître le déploiement des machines de Mécanuméric dans le monde académique et les tiers lieux est aussi une mission de promotion du savoir-faire français en machines industrielles  ».

Même sentiment de fierté du côté de son partenaire. « En 2015, ERM Automatismes a créé une Business Unit dédiée à la fabrication numérique : ERM Fab & Test. Via une sélection fine de partenaires fabricants, ERM Fab & Test a mis en place une offre de solutions de fabrication compactes et performantes à destination de l’industrie, du médical, de la recherche, mais aussi de l’éducation et des tiers lieux. Le partenariat avec Mécanuméric vient enrichir notre gamme via l’ajout de solutions en découpe au jet d’eau, en usinage compact et en routeurs CNC. Accroître le déploiement des machines de Mécanuméric dans le monde académique et les tiers lieux est aussi une mission de promotion du savoir-faire français en machines industrielles  », conclut Cyril Liotard.

Agnès Bergon