Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Patrimoine défend le logement inclusif

Immobilier. Le bailleur social, filiale du groupe Midi Habitat, réaffirme sa volonté de produire des logements accessibles à tous en donnant de nouvelles perspectives à L’Amandier, outil d’ingénierie sociale.

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, et Jean-François Nicoules, président de Patrimoine SA Languedocienne, ont signé le 12 avril un nouveau contrat d’engagement. JL DOUÈRE

Le 12 avril dernier, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, et Jean-François Nicoules, président de Patrimoine SA Languedocienne, l’une des plus importantes Entreprises sociales pour l’habitat (ESH) de la région Occitanie, ont signé un nouveau contrat d’engagement pour la période 2021-2026. Objectif : créer de nouvelles synergies en vue de développer dans l’aire urbaine une offre de logements sociaux abordables et adaptés sachant qu’en Haute-Garonne le nombre de demandes de logements sociaux insatisfaites est particulièrement élevé – on en dénombre quel que 31000 dans le département. Aux termes de ce nouveau protocole, plus de 1500 logements locatifs seront engagés sur le territoire de la Métropole dans le cadre de différents programmes.

Ce sont également 77 M€ qui seront investis dans la réhabilitation des logements les plus énergivores et 1000 logements produits en accession à la propriété. De fait, à travers ce contrat d’engagement, l’enjeu pour la Métropole est d’offrir une réponse adaptée au besoin de logement et d’hébergement des publics les plus modestes. Patrimoine SA Languedocienne s’apprête ainsi à livrer cette année, dans le quartier Guillaumet, sa première résidence en habitat inclusif, Les Cohabitants. Elle regroupe en effet une pension de famille de 15 logements, une résidence sociale de 17 logements, 10 logements destinés à des personnes en situation de handicap, 24 logements dédiés aux seniors et 14 logements familiaux.

L’an prochain, c’est une résidence Passerelle Jeunes de 87 logements, située avenue de Grande Bretagne qui devrait cette fois être livrée par Patrimoine SA Languedocienne. C’est dans une optique identique que le bailleur social vient d’élargir les missions de L’Amandier. Cette association loi 1901, créée en 1991 par Patrimoine SA Languedocienne, pour soutenir des locataires en difficulté de paiement de loyer, a en 2012, développé et étendu son activité d’utilité sociale, en proposant des pratiques de médiation afin de prévenir les situations conflictuelles. Présidée par Danielle Charras, magistrate honoraire, L’Amandier est désormais une entité à part entière du groupe Midi Habitat dont l’ESH Patrimoine SA Languedocienne est une des nombreuses filiales. Elle se voit ainsi aujourd’hui confier de nouvelles missions en vue d’accompagner tous les publics, qu’il s’agisse des ménages, des seniors, des étudiants ou encore des personnes en situation de précarité.

Innovation sociale

À travers l’élargissement des missions de L’Amandier, il s’agit pour Patrimoine SA Languedocienne de faire face aux changements sociétaux et à l’évolution nécessaire du métier de bailleur social. « Le modèle a complètement changé en quelques années », pointe Pascal Barbottin, directeur général au sein de l’ESH. De fait, la pandémie a mis en lumière les besoins en matière de logements spécifiques mais surtout en accompagnement global selon les parcours de vie.

C’est pour faire face à cette demande croissante qu’elle vient de muscler les équipes de L’Amandier – 13 personnes aujourd’hui et trois de plus d’ici la fin de l’année – et d’étendre ses missions, au-delà de la médiation, depuis l’action sociale – afin de faciliter l’accès ou le maintien dans le logement de publics dits prioritaires ou fragilisés –, jusqu’à la gestion locative adaptée et l’hébergement – L’Amandier prenant la main la gestion d’établissements à destination de publics en difficulté –, en passant par l’ingénierie sociale et urbaine.

Des produits atypiques ont déjà pu être déployés par Patrimoine SA Languedocienne, tels que Co’Coon, un modèle innovant de colocation seniors à prix accessible, conçu comme une alternative à l’entrée en Ehpad, ou encore les pensions de famille ou les maisons relais. Au sein de L’Amandier, une équipe sera désormais dédiée à l’ingénierie sociale et urbaine en vue notamment du montage d’opérations immobilières et de la recherche des financements. « L’évolution de L’Amandier est un enjeu stratégique qui va permettre de renforcer nos actions auprès des ménages fragiles et étendre nos champs d’intervention. Et les besoins sont immenses », conclut Pascal Barbottin. Patrimoine SA Languedocienne gère un parc de plus de 13400 logements.

Agnès Bergon