Informations régionales économiques et juridiques
141e année

PeopleSpheres : plateforme RH made in Occitanie

Digital. L’entreprise montpelliéraine PeopleSpheres, à l’initiative d’une plateforme qui intègre l’ensemble des solutions RH, entend s’exporter en outre-Atlantique.

PeopleSpheres : plateforme RH made in Occitanie
(Crédit : Pixabay)

Quelles sont les perspectives d’évolutions du marché des plateformes RH ? Selon le cabinet d’études Gartner, d’ici à l’horizon 2030, le concept de plateforme RH sera le mode nominal de création de système d’informations, ce qui rend confiant Philippe Bloquet, le cofondateur de la société PeopleSpheres, qui a développé une plateforme RH destinée aux entreprises de 500 à 20000 collaborateurs. Les voyants semblent donc être au vert pour la PME montpelliéraine qui affiche de belles ambitions.

UNE CINQUANTAINE DE PARTENAIRES

L’ex-président de NéoSpheres consulting, une société spécialisée dans le conseil RH – laquelle a été cédée à Sopra RH en 2019 –, a eu l’idée, après quelques années d’observation, de créer en 2015 une plateforme, avec l’objectif d’orchestrer tous les logiciels SaaS RH existants sur le marché français et international de manière unifiée et interconnectée, sur une marketplace. « Mon ambition était de créer une plateforme d’intermédiation à l’image par exemple de la plateforme Airbnb dans l’offre de logements. Il semblerai que ce soit l’avenir pour les services des ressources humaines. C’est pourquoi aujourd’hui, nous avons commencé à nous internationaliser et visons principalement le marché américain, qui n’a pas encore de leader, ni de référent en la matière, et qui représente pour nous une véritable marche pour ouvrir d’autres opportunités », avance le dirigeant.


>LIRE AUSSI : Deux nouvelles usines dans le viseur du groupe KMC


De fait, l’entreprise revendique à ce jour une cinquantaine de partenaires agrégés qui couvrent l’ensemble des problématiques RH (éditeur de fiche de paie, flex-office, etc.) La solution disruptive, qui fait figure de leader sur le marché français, a séduit près de 350 grands comptes tels que le groupe Alpine Renault, Provalliance, Vitamine T, etc., et pour l’heure trois clients américains. « Nous visons près de 80 clients supplémentaires pour cette année, dont six aux États-Unis. Certains de nos clients français, qui possèdent des filiales à l’étranger, souhaitent également que nous les accompagnons sur leurs marchés », souligne Philippe Bloquet.

UNE SECONDE LEVÉE DE FONDS EN VUE

En vue d’accélérer sa présence en outre-Atlantique, la PME a de fait ouvert des bureaux à Atlanta en décembre dernier. L’année 2021 a, par ailleurs, marqué une étape cruciale dans la vie de l’entreprise, qui a bouclé un premier tour de table de 8,5 M€ afin de booster sa croissance et d’accélérer son offensive commerciale. Suite à cette opération financière, l’entreprise montpelliéraine a, ainsi, enregistré une progression de « 90% de prise de commandes », selon le dirigeant. « La phase expérimentale aux États-Unis était également dans les radars de cette première levée de fonds ». Et la PME ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle prépare actuellement une seconde levée de fonds, du même ordre que la précédente – les investisseurs historiques ont déjà indiqué qu’ils participeraient à l’opération –, en vue d’asseoir sa présence sur le marché américain et de poursuivre le développement de sa market place.

« Il n’y aura pas de révolution de la plateforme, mais l’objectif est de finaliser l’industrialisation du process et de rendre les processus de connexion des outils encore plus faciles. Côté RGPD, nous avons parfaitement intégré cette réglementation au sein de notre innovation et nous sommes capables de piloter le cycle de vie des données », assure le dirigeant. Forte d’une centaine de collaborateurs, répartis entre Montpellier qui regroupe plus de la moitié des effectifs, Paris et Atlanta, l’entreprise table sur un chiffre d’affaires de 10 M€ sur l’année fiscale en cours.

Jennifer Legeron