Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Petits Cadors : le coussin qui trace sa route

Artisanat. Véritable pépite du secteur textile en Occitanie, l’entreprise fondée par Muriel Goudol et Laurent Padiou a trouvé le bon créneau : elle développe un univers douillet autour du coussin de voyage. Petits Cadors fabrique ses produits de A à Z dans son atelier installé à Nailloux. 2021 a signé la mise en place de l’outil de production, 2022 sera l’année du développement commercial.

Laurent Padiou et Muriel Goudol à la tête des Petits Cadors. DR

On n’imagine pas tout ce qui se joue dans l’habitacle d’une voiture, il peut naître de grandes idées d’entrepreneurs. Il y a quatre ans, Muriel Goudol et Laurent Padiou étaient loin d’imaginer que ce voyage entre Toulouse et la Bretagne allait changer leur vie. « Huit heures de route, c’est long, explique Laurent Padiou. On décide de s’arrêter dans une station-service pour acheter un coussin tour de cou. Seul hic, personne n’a réussi à s’endormir, le coussin était inconfortable au possible, rempli de billes de polystyrène. On s’est dit qu’on pouvait faire mieux. »

C’est ainsi qu’est née l’idée de Petits Cadors. Il fallait que le coussin soit moelleux, qu’il puisse s’accrocher à la ceinture de la voiture. Muriel Goudol a eu l’idée d’un coussin en forme de berlingot. « De retour à Toulouse, on a voulu tester notre premier prototype. Des amis l’ont vite adopté. Puis, tout est allé très vite, on a fait fabriquer une cinquantaine d’exemplaires par une couturière professionnelle, on a participé à un marché de Noël et on a tout vendu », se souvient le dirigeant.

Phase 2 : « Respecter nos valeurs, le Made in France »

Fort de ce succès, Muriel Goudol et Laurent Padiou ont commencé à démarcher pour trouver des tissus. « Nous voulions des imprimés originaux, il fallait que nos coussins soient confortables et design, qu’ils deviennent un élément de décoration. » Le duo a d’ailleurs fait appel à une créatrice toulousaine, Naïma de Glitter Power. Elle leur a dessiné des imprimés exclusifs. Petits Cadors a fait le choix de tout fabriquer depuis son atelier de Nailloux. « On part du rouleau de tissu jusqu’au produit emballé ».

Sur un plan éthique, pas de compromis : les entrepreneurs ont voulu mettre en avant l’écoresponsabilité du produit. Ils utilisent des filaments de plastique recyclé pour garnir les coussins : « ça ressemble à de la laine, explique Laurent Padiou, mais en plus gonflant. Le matériau est hypoallergénique et lavable en machine. On achète la fibre en Allemagne chez un fabricant qui utilise du plastique collecté dans les rivières. »

Une approche de designer

« C’est notre force, poursuit le dirigeant. On conçoit un coussin à partir d’une problématique donnée : à chaque mode de transport son coussin. Si l’oreiller de voiture peut être accroché à la ceinture, ce n’est pas le cas pour l’oreiller de l’avion. On a déposé des brevets pour certains modèles lorsqu’il y a un caractère inventif. » Avant de devenir entrepreneurs à 100 %, Muriel Goudol et Laurent Padiou travaillaient dans une agence de communication visuelle à Ramonville. Cette expérience les aide à gérer leur site internet et leurs réseaux sociaux. « Je n’aurais pas imaginé devenir chef d’entreprise, j’ai l’impression d’avoir appris cinq métiers différents et j’en découvre tous les jours », se réjouit le quadra.

L’entreprise emploie huit salariés et se développe. Son CA est estimé à 500 K€ pour 2021, les ventes enligne représentant 75 % du chiffre d’affaires. Elle a rejoint en 2021 le réseau Entreprendre Occitanie-Garonne et a bénéficié d’un prêt de 13 K€ de la Région. La marque est présente dans une cinquantaine de concept store en France et en Europe, trois produits sont référencés chez Nature et Découvertes. En 2022, elle mettra les bouchées doubles avec une présence au BHV et sur les salons tels que Maison et Objets ou le Made in France à Lyon et à Paris. Petits Cadors a tout compris, grâce à son double positionnement stratégique : le made in France et le bien-être, son terrain de jeu est sans limites…

Dorisse Pradal