Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Première promotion d’aides-soignants de l’Ifas

Formation. Le nouvel institut de formation Ifas Adrar, dédié au métier d’aide soignant, a été inauguré le 21 janvier à Ramonville-Saint-Agne. Une première en région. Objectif : répondre à la demande du territoire.

L’Ifas Adrar a vocation à former une trentaine d’aides-soignants. DR

La pénurie d’aides-soignants, qui s’est amplifiée depuis la pandémie, s’apparente presque à un serpent de mer. De fait, le métier ne séduit plus. En 2020, le Ségur de la santé a tenté de revaloriser le métier. Il prévoyait notamment des augmentations de salaire, une amélioration des conditions de travail, et également une augmentation des effectifs en poste en vue de susciter des vocations. C’est dans ce contexte, qu’Adrar Formation, implanté à Ramonville-Saint-Agne, entend répondre aux besoins de formation des aides-soignants. En 2021, et après deux années de préparation, l’organisme de formation professionnelle s’est vu délivrer l’agrément par la Région Occitanie et l’Agence régionale de santé (ARS) pour l’ouverture d’un Ifas (Institut de formation d’aide-soignant). La première session de formation s’apprête à ouvrir ses portes.

« L’Adrar dispense des formations dans différents secteurs. À ses débuts, le secteur santé & social assurait les formations au BEP carrières sanitaires et sociales et à des métiers de l’aide à domicile. Aujourd’hui, l’offre de formation s’est étendue à des formations certifiantes et qualifiantes dans le domaine des services à la personne. Elle comprend également des modules de formation continue, des préparations aux concours sanitaires, etc. Nous avons décidé d’ouvrir le champ de notre formation et d’ajouter la brique dédiée aux aides-soignants. Nous avons déposé le dossier de demande d’ouverture d’un Ifas en 2019. L’agrément a été donné conjointement par le Conseil régional et l’ARS, lequel induit le nombre de stagiaires à former », détaille Céline Hudin, directrice adjointe de l’Ifas Adrar, au côté de Rachel Forio, responsable de secteur santé social à Adrar Formation.

Une trentaine d’aides-soignants formés cette année

Sans surprise, le métier étant en tension, le nouvel établissement, qui prend place au sein du siège de l’Adrar Formation, a pour objectif de former potentiellement une trentaine de profils cette année. « Pour la première promotion, sur les 61 candidatures reçues, nous avons retenu 15 parcours complets et trois parcours partiels. La formation s’adresse particulièrement aux demandeurs d’emploi, une demande émanant du Conseil régional, ce qui représente 70 % de notre activité mais concerne aussi les poursuites d’études, explique Céline Hudin. Le recrutement se réalise sur dossier et avec un entretien de sélection. Certains candidats sont admis de droit notamment ceux qui exercent déjà depuis trois ans en tant qu’auxiliaires du secteur hospitalier, après examen de leur dossier ».

« Les structures viennent désormais à nous. Nous ne pouvons maintenant qu’espérer que la Région continue à abonder cet effectif qu’elle nous accorde à former. »

La formation au métier d’aide-soignant se déroule sur 12 mois, avec, comme le détaille la directrice adjointe, « 1540 heures de formations dont la moitié en stage, à raison de quatre stages au cours de l’année. Le dernier stage effectué a vocation à déboucher sur un emploi. » Le programme s’appuie sur le nouveau référentiel de formation du 10 juin 2021, lequel induit des changements visant à booster l’attractivité. « Le métier est difficile, les horaires contraignants et les salaires assez bas, bien que depuis octobre, la rémunération dans le secteur hospitalier ait augmenté de 15 %, ce qui représente une hausse assez significative », souligne Rachel Forio.

Pour attirer les candidats et favoriser la diversité et la mixité, l’établissement organise des coups de projecteurs avec notamment la participation à des manifestations aux côtés d’acteurs de la formation et de l’emploi. Afin de répondre aux enjeux du territoire, l’établissement s’appuie également sur des partenariats. « Historiquement, à l’Adrar, nous formons, entre autres, des salariés et des alternants via l’activité sanitaire et sociale. Nous bénéficions ainsi d’un réseau d’acteurs, entreprises, collectivités. De fait, nous repérons facilement les structures qui emploient les aides-soignants sur le territoire. Lorsque nous avons déposé notre dossier, nous avons d’ailleurs formalisé ces partenariats que nous étoffons au fil du temps. Les structures viennent désormais à nous. Nous ne pouvons maintenant qu’espérer que la Région continue à abonder cet effectif qu’elle nous accorde à former. » Si les résultats sont concluants dans la Ville rose, Montpellier aura peut-être son pendant d’ici à l’horizon 2025.

Jennifer Legeron