Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Reprise vigoureuse du recrutement des cadres

Emploi. Selon le bilan de l’Apec, le recrutement des cadres a progressé de 33% en région en 2021. Les perspectives restent orientées à la hausse même si le conflit russo-ukrainien peut rebattre les cartes.

Apec

Bonne nouvelle ! Après le trou d’air de l’année 2020 dû à la pandémie, le marché de l’emploi cadre a connu une nette amélioration en Occitanie. C’est ce qu’a annoncé l’Apec lors de son traditionnel bilan annuel rendu le 28 avril. Le recrutement des cadres en CDI ou CDD de plus d’un an, a en effet progressé, à l’échelle régionale, de 33 % par rapport à 2020, représentant ainsi 14960 embauches, portant ainsi le nombre de cadres occitans à 283 350 (soit une augmentation de 2% par rapport à 2020). Au niveau national, le nombre de recrutements se porte, lui, à 269 100, soit une hausse de 18%.

Les prévisions 2022 perturbées ?

En dépit d’un excellent cru proche des records de 2019, Carole Fistahl, déléguée régionale de l’Apec Occitanie reste malgré tout prudente quant aux recrutements des mois à venir. « Cette dynamique ne permet pas encore de retrouver le volume d’embauches d’avant crise, soit 15 890 recrutements cadres réalisés en 2019. Début 2022, la dynamique des recrutements dans la région était toujours très positive. Cependant, les répercussions économiques du conflit ukrainien pourraient toutefois venir rebattre les cartes. La crise en Ukraine a marqué un bref temps d’arrêt sur les recrutements. Elle va évidemment modifier le chemin de la croissance ». De fait, après une révision de ses statistiques, l’organisme avance que les entreprises régionales prévoient ainsi de recruter 15700 cadres en 2022. « Nous sommes à 5% de recrutements sur la région par rapport à l’année dernière dans nos prévisions révisées, alors qu’initialement, nous étions à 8%. Nous avons perdu trois points », pointe-t-elle. L’indice de confiance des entreprises est légèrement en baisse, passant de 72% en mars contre 78 % en décembre dernier.

« Pour faire face aux difficultés de recrutements, les entreprises devront jouer sur plusieurs terrains à la fois : la formation, la mobilité, l’attractivité »

Ce conflit a ainsi engendré un triple choc, selon la déléguée régionale : choc d’incertitude, choc sur la balance commerciale, et choc sur les matières premières et l’énergie. Bien que les répercussions de cette nouvelle crise assombrissent une fois de plus l’horizon, la région Occitanie se situe, pour l’heure, au 5e rang des recrutements des cadres, derrière les Hauts-de-France (16190 cadres recrutés) et devant la Nouvelle-Aquitaine (12 790 recrutements). De fait, en décembre 2021, le nombre d’offres publiées sur le site de l’organisme pour des postes cadres situés en région a progressé de 28 % par rapport à décembre 2019. Sans surprise, ce sont les deux métropoles régionales qui concentrent 75 % des offres d’emploi dont 49 % pour le département de la Haute-Garonne et notamment la Ville Rose, contre 25% pour l’Hérault et sa cité languedocienne.

Parmi les secteurs qui recrutent le plus de cadres, figurent ceux des services et de l’industrie avec respectivement 71 % et 13% d’embauches. Les cadres en informatique et études R & D restent par ailleurs les fonctions qui ont été les plus recherchées par les entreprises du territoire, respectivement 23% et 18%. En Occitanie, sur le 1er trimestre 2022, une nette progression du nombre d’offres d’emploi cadre dépassant le niveau d’avant-crise est observée (+ 16 % par rapport au 1er trimestre 2019), avec une prépondérance pour les métiers du développement informatique qui concentrent le plus d’offres d’emploi avec 1 347 offres publiées, suivi des métiers de l’infrastructure et systèmes informatiques et de la gestion de projets informatiques. Le secteur des activités informatiques reste le plus gros pourvoyeur d’emploi cadre pour la région avec 2275 offres d’emploi cadres.

Les difficultés de recrutement perdurent

Huit entreprises sur 10 qui ont l’intention de recruter au moins un cadre au 2e trimestre 2022, anticipent encore des difficultés de recrutement. Selon l’organisme, l’inflexion est nette, mais pas encore suffisante pour faire baisser d’un cran les tensions de recrutement. Le pourcentage des entreprises qui ont expérimenté des difficultés lors de leurs recrutements durant le trimestre dernier a, en revanche, nettement grimpé. Il a atteint 69%, soit cinq points de plus que durant les trois derniers mois de 2021. À cela, s’ajoutent les entreprises qui ont renoncé « entre-temps ». En Occitanie, comme dans de nombreux territoires, les compétences cadres à forte expertise technique sont très recherchées et soumises à de fortes tensions, notamment dans l’informatique, l’ingénierie et la sphère industrielle. En tête des freins liés au recrutement figurent notamment le décalage avec le profil recherché, les salaires et l’attractivité du territoire.

« Pour faire face aux difficultés de recrutements, les entreprises devront jouer sur plusieurs terrains à la fois : la formation, la mobilité, l’attractivité, mais aussi changer leur regard et adapter des pratiques de recrutement parfois trop formatées et pas assez inclusives, alors que beaucoup de compétences demeurent sous-employées chez les plus anciens comme chez les plus jeunes », souligne Carole Fistahl. La pratique du télétravail désormais démocratisée reste également un enjeu sous-estimé par les entreprises. « En effet, 22% des entreprises pensent que l’absence du télétravail constitue un frein à leur activité tandis que les cadres le plébiscitent à 47 % », ajoute-telle. Malgré les problématiques qui se dessinent, 58 % des grandes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire envisagent de recruter au moins un cadre dans les trois prochains mois. Quant au profil cadre le plus recherché, les jeunes diplômés ou les cadres accumulant moins de cinq ans d’expérience sont en tête.

Jennifer Legeron