Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Seuil Architecture se structure

Architecture. L’agence fondée en 2005 par Leslie et Philippe Gonçalves se dote de nouveaux outils dont une société de promotion immobilière.

Leslie et Philippe Gonçalves, fondateurs de Seuil Architecture. DR

Construire des bâtiments plus vertueux et durables, c’est le voeu de Leslie et Philippe Gonçalves, un couple d’architectes fondateurs de l’agence toulousaine Seuil Architecture. Une orientation que les professionnels, très soucieux de leur empreinte environnementale, ont prise très tôt. Une préoccupation nourrie par l’expérience, à travers différentes réalisations menées par le couple d’architectes dont certaines ont été récompensées . « Nous sommes engagés depuis pas mal d’années dans une transition écologique, avec la volonté de faire autrement, de changer de paradigme, explique Philippe Gonçalves, et nous souhaitions traduire ces engagements. »

« Nous avons des projets en cours et même si tout reste à faire encore, depuis un an que cette structure existe nous avons pu constater que les mairies et plus généralement les collectivités recherchent des structures comme la nôtre »

L’envie d’aller plus vite et plus loin les a conduits à créer deux nouvelles structures : une agence d’ingénierie, Una Ingénierie, et Lhab Réalisations, une société de promotion immobilière. L’objectif, poursuit le professionnel, « est d’être notre propre maître d’ouvrage, pour aller jusqu’au bout des projets et ne plus avoir à subir le modèle actuel de l’acte de bâtir, notamment à travers la promotion privée, qui ne répond pas du tout, selon nous, aux enjeux qui sont devant nous ».

Une nouvelle façon d’envisager la promotion immobilière

« En 2019, nous avons créé Una Ingénierie autour de la démarche participative, les écomatériaux biosourcés, géosourcés, le réemploi, le diagnostic ressources, l’assistance à maîtrise d’usage, etc., détaille de son côté Leslie Gonçalves. En 2020, à l’issue du confinement, nous avons publié une lettre ouverte dans laquelle nous expliquions comment nous voyions la vie d’après. Pour aller plus loin nous avons décidé de créer une société de promotion immobilière, Lhab Réalisations, pour pouvoir réaliser des projets tels que nous les envisageons. Ce que la Covid en effet a révélé, c’est qu’il manquait cette alternative à la maîtrise d’ouvrage, c’est-à-dire concevoir une nouvelle façon d’envisager la promotion immobilière, notamment dans les schémas organisationnels et financiers. Nous avons des projets en cours et même si tout reste à faire encore, depuis un an que cette structure existe nous avons pu constater que les mairies et plus généralement les collectivités recherchent des structures comme la nôtre. »

« Nous sommes en train de mettre en place les filières pour valoriser ces matériaux parce qu’elles n’existent quasiment pas en Occitanie »

« Il y a donc bien aujourd’hui l’envie de faire des projets plus participatifs, plus écologiques, plus en lien avec l’usage. L’envie aussi de revoir le modèle financier de telle sorte qu’il permette à des entreprises comme la nôtre de bien se développer et pas forcément dans une logique ultime d’enrichissement mais de rééquilibrage pour mettre plus d’argent sur le coût de la construction qui en a bien besoin pour développer de nouvelles filières et mieux répartir les gains entre l’ensemble des acteurs, que ce soit les équipes de maîtrise d’oeuvre, architectes et ingénieurs, mais aussi les entreprises. Notre idée n’est pas de réduire le coût de construction mais d’enrichir le modèle constructif avec des matériaux beaucoup plus qualitatifs, de revoir les usages, les besoins, les surfaces habitées pour qu’elles correspondent mieux aux besoins des familles, notamment recomposées. Le fait d’avoir travaillé sur l’habitat participatif nous a permis de mettre le doigt sur beaucoup choses qu’on ne soupçonne pas. Personne ne vit de la même façon ! »

Plusieurs projets en cours

Lhab Réalisations planche déjà sur plusieurs projets dont un en cours de commercialisation, la Magnanerie, à Pompertuzat, composée de six lots, sur la base d’un ancien bâtiment lié à l’élevage des vers à soie. « L’idée est de faire de la réhabilitation une priorité, avant de construire du neuf », ajoute Leslie Gonçalves. L’agence d’architecture, qui a travaillé sur les nouveaux bâtiments du Creps de Toulouse tout juste livrés, a récemment gagné le concours du collège Castelnau d’Estretefonds. Elle vient aussi d’être retenue pour concourir pour le lycée Françoise à Tournefeuille. Le groupe, qui devrait réalisé un chiffre d’affaires de 1 M€ en 2021 et emploie 23 collaborateurs (dont neuf nouvelles recrues), est de plus en plus sollicité côté ingénierie, pour des missions d’assistance à maîtrise d’usage (ateliers participatifs) et les diagnostics ressources qui permettent en cas de démolition de faire l’inventaire de tout ce qui peut être construit et réemployé.

« Nous sommes en train de mettre en place les filières pour valoriser ces matériaux parce qu’elles n’existent quasiment pas en Occitanie, ajoute Leslie Gonçalves. L’objectif est de faire en sorte que la déconstruction s’opère au même coût que la démolition, puisque les maîtres d’ouvrage vont revendre ou réutiliser ces matériaux qui aujourd’hui partent à la benne. L’idée est de développer sur le territoire des ressourceries, des entreprises capables de déconstruire et de stocker ces matériaux pour qu’ils puissent être réemployés. On a des bennes remplies de trésors qui pourraient être transformés plutôt que de puiser dans les ressources primaires. » En pleine croissance, le groupe Seuil Architecture table sur un chiffre d’affaires de 2,5 M€ l’an prochain.

Agnès Bergon