Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Skyted veut améliorer l’expérience passager

Innovation. La start-up Skyted, soutenue par Airbus Développement, planche sur de nouveaux produits et services en vol à fort contenu technologique.

Stéphane Hersen, fondateur de Skyted
Stéphane Hersen, fondateur de Skyted

Créée initialement à Singapour, la start-up Skyted, vient de rapatrier son activité dans la Ville rose grâce au soutien d’Ad’Occ, l’agence de développement économique régionale, et d’Invest in Toulouse, le département de l’agence d’attractivité de Toulouse Métropole dédié à l’accueil sur son territoire de nouvelles entreprises. À sa tête, Stéphane Hersen a passé cinq ans en Asie, alors qu’il était responsable des ventes sur les cabines business dans le groupe Airbus. Cet ex PDG d’une entreprise savoyarde cotée en bourse, a fait le constat, au fil de son parcours au sein de l’avionneur européen, que « l’expérience passager » pouvait être digitalisée afin d’apporter des revenus supplémentaires aux compagnies aériennes. « Post Covid dans un avion, vous n’avez plus de magazine papier et sur les long-courriers, un écran qui diffuse des films que, la plupart du temps, vous avez déjà vus », assure-t-il. Pourtant améliorer cette expérience en vol grâce à de nouveaux produits et services permettrait aux compagnies « de doper leurs ancillery revenus, soit les revenus générés en vol par les services complémentaires », ajoute-t-il. C’est sur ce marché que Skyted ambitionne de se développer.

Stéphane Hersen et ses deux collaborateurs planchent sur un système d’appel en vol qui permet aux passagers de gérer des appels vidéo silencieux et confidentiels. Ce dispositif innovant cible particulièrement les voyageurs d’affaires pour lesquels la confidentialité devrait constituer une exigence forte. « Beaucoup d’entre nous fonctionnent aujourd’hui en mode nomade : nous avons besoin de passer des appels n’importe où n’importe quand. Or, lorsqu’on est concentré lors d’une conversation téléphonique ou en visio, de par “l’effet tunnel’’ on a souvent du mal à réguler le niveau de sa voix en fonction du milieu où l’on se trouve. Quand l’appel est terminé, on s’aperçoit que ça fait une demi-heure qu’on explique des choses hyper confidentielles au milieu de gens qu’on ne connaît pas forcément ! » Le dispositif développé par Skyted vise à réduire ce risque de « brèche de confidentialité », devenu « un problème de sécurité important » pour les sociétés puisqu’aujourd’hui « tout le monde passe des appels en mode nomade de par l’hybridation du travail ».

Une innovation aux multiples champs d’applications

Stéphane Hersen a identifié les briques technologiques et les brevets qui lui permettent aujourd’hui de bâtir sa solution : des technologies de pointe de réduction du bruit, une problématique « beaucoup plus complexe s’agissant de la voix ». S’il entend la proposer dans un premier temps aux compagnies aériennes, d’autres applications sont possibles. « De fait, notre innovation post covid adresse plusieurs marchés : par exemple les personnes qui travaillent en open space et qui ont un gros problème avec le bruit ambiant ; les businessmen qui voyagent beaucoup et ont l’habitude de passer des coups de fil n’importe où ; la clientèle du luxe et haute contribution qui a, elle aussi, besoin de confidentialité au vu des informations échangées ; les télétravailleurs qui doivent s’assurer d’une certaine discrétion lorsque deux conjoints travaillent à domicile ; les salariés de sites critiques, qui ne peuvent pas discuter d’affaires en dehors du bureau parce qu’il s’agit de contrats militaires par exemple ; les diplomates qui doivent être sûrs que l’on ne puisse pas capter leurs propos dans une chancellerie. S’ajoutent à ces différents marchés celui des commuters, qui passent beaucoup de temps dans le métro ou le TGV par exemple, et celui des accros aux jeux vidéo ou du métavers. L’idée de départ – pouvoir faire des calls dans les avions – est devenue un projet beaucoup plus vaste avec un plan de R&D sur les cinq prochaines années », confirme le quinqua.

De fait, Skyted a, dans ses cartons, d’autres projets tels que, dans le domaine des wearables, un bas de contention connecté – « on estime aujourd’hui que 100 millions de personnes voyagent sans en porter alors qu’elles le devraient avec tous les accidents de santé graves que cela peut engendrer » – ou encore une application qui permet de mieux gérer la fatigue et le stress liés aux long-courriers. « Le but étant de créer à l’horizon de cinq ans un assistant personnel qui vous permet de gérer au mieux votre voyage et vous apporte des services dans la mesure où vous en aurez besoin. Le voyage est en effet souvent synonyme de stress. L’idée de Skyted est de réduire ce stress en apportant des solutions digitales pour que le passager retrouve les informations dont il a besoin pour ses calls, sa santé, sa sécurité… sur une seule plateforme. » Une preuve de concept de son masque-casque sera présentée au salon de Hambourg sur le stand de la Région Occitanie puis à Vivatec, en juin prochain mais « le grand lancement interviendra au CES de Las Vegas en janvier 2023 avec une campagne Kickstarter prévue juste après ». Stéphane Hersen qui, pour l’heure, autofinance son projet, prévoit une levée de fonds cet été auprès de business angels et une deuxième l’an prochain.

Agnès Bergon