Entreprises

Sommet « Choose France » : l’Occitanie confirme son attractivité auprès des investisseurs étrangers

Attractivité. « Historique », « grand cru », « millésime record »… les superlatifs ne manquent pas au lendemain de la 7e édition du Sommet « Choose France ». Parmi les 56 projets annoncés, pour plus de 15 Mds€ de promesses d’investissements, cinq concernent la région Occitanie. Parmi eux, celui de l’entreprise estonienne Skeleton Technologies qui prévoit d’investir 600 M€ dans la R&D et la fabrication de ses « super-batteries ».

Lecture 7 min
Photo de l'usine Royal Canin d'Aimargues
Autre investissement : celui du groupe agroalimentaire Mars Incorporated, propriétaire de la marque française Royal Canin. Le géant américain a annoncé son intention d’investir 130 M€ dans ses sites de production en France, dont 48 M€ pour son usine d’Aimargues dans le Gard et celle de Cambrai, dans le département du Nord. (©Laurent Boutonnet)

Dans une interview accordée en mai 2023 à nos confrères de Challenges, le président de la République avait une nouvelle fois insisté sur la nécessité impérieuse de réindustrialiser le pays, érigeant même cette reconquête comme la « mère de toutes les batailles ». Objectif affiché ? Faire remonter le poids de l’industrie de 10 % à 15 % du PIB d’ici 2030.

Et parce que dans le même temps la France s’est engagée à réduire de 50 % ses émissions d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990 et que le secteur industriel représente encore aujourd’hui 18 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre nationales, le gouvernement a porté l’année dernière un projet de loi sur l’industrie verte. Définitivement adopté en octobre 2023, celui-ci vise notamment à « simplifier » et « accélérer » l’implantation de nouvelles usines dans les secteurs des batteries, des pompes à chaleur, de l’éolien, des panneaux photovoltaïques…

À la reconquête d’une industrie verte et de pointe

En premières lignes dans cette course à la réindustrialisation décarbonée qui doit leur permettre de créer de l’emploi et de doper leur croissance économique, les régions françaises - et a fortiori les agglomérations - jouent désormais des coudes pour attirer les investissements étrangers. Et bonne nouvelle, malgré une conjoncture économique défavorable, l’Occitanie fait partie des premiers de cordée en la matière. En 2023, le territoire a en effet enregistré une hausse des investissements étrangers de 29 % par rapport à 2022 (source Ad’Occ). Et 2024 s’annonce tout aussi dynamique.

À l’occasion du Sommet « Choose France », qui s’est ouvert hier, lundi 13 mai, au château de Versailles en présence de 180 dirigeants d’entreprise, le gouvernement a annoncé un total de 56 projets, pour un montant de 15 Mds€ d’investissements et une perspective de 10 000 emplois créés. Un record. Parmi cette cinquantaine de projets, cinq concernent directement la région Occitanie.

Skeleton Technologies, leader européen du stockage d’énergie à haute puissance et à charge rapide, a choisi l’Occitanie pour développer ses activités. L’entreprise installera d’abord un centre de R&D à Toulouse cet automne pour développer la technologie des batteries de nouvelle génération et construira ensuite une usine pour produire ses « super-batteries » durables sans nickel, ni cobalt. Destinées à équiper des véhicules électriques lourds, ces dernières sont fabriquées à partir de matériaux produits localement et traitées en Europe. Le groupe prévoit d’investir 600 M€ en cinq ans et de créer 300 emplois.

« L’implantation de Skeleton Technologies est une très bonne nouvelle pour l’Occitanie », s’est félicitée Carole Delga. Outre la création d’emploi pérenne, cette décision de la société estonienne est aussi et surtout pour la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée « une reconnaissance de la stratégie de réindustrialisation que nous déployons ici avec des outils innovants comme l’Agence Régionale des Investissements Stratégiques. Nous étions en concurrence avec de nombreux pays européens et évidemment d’autres Régions françaises. Ce choix [ … ] démontre ainsi que l’Occitanie est désormais une terre de référence dans le domaine des mobilités décarbonées et des nouvelles solutions énergétiques. Grâce à sa technologie innovante, Skeleton va devenir à n’en pas douter, un géant européen qui va révolutionner le stockage d’énergie. »

Des investisseurs américains, suisses, allemands...

Autre projet d’investissement, celui du groupe agroalimentaire Mars Incorporated, propriétaire de la marque française Royal Canin, numéro un européen des aliments secs nutritionnels pour chiens et chats, distribués en circuits spécialisés. Le géant américain a annoncé son intention d’investir 130 M€ dans ses sites de production en France, dont 48 M€ pour son usine d’Aimargues dans le Gard et celle de Cambrai, dans le département du Nord. Objectifs ? Augmenter ses capacités de production, moderniser et digitaliser ses usines, équiper ses cliniques vétérinaires, poursuivre sa transition écologique et rénover ses bureaux pour le bien-être de ses collaborateurs. 60 % seront dédiés à l’alimentation et le bien-être des animaux de compagnie.

De son côté, le géant mondial du ciment et des matériaux de construction Holcim va injecter 60 M€ supplémentaires en France en faveur de la décarbonation de ses opérations et de l’économie circulaire. Cet investissement massif doit permettre la création de 40 emplois et une baisse de 120 000 t des émissions de CO2 grâce à la mise en service entre 2025 et 2026 de plusieurs plateformes industrielles, notamment en Occitanie pour les usines de Martres-Tolosane (Haute-Garonne) et de Port-la-Nouvelle (Aude). « Une plateforme pilote de capture du CO2 (en open-innovation) sera consacrée à l’amélioration des technologies en cours de développement dans ce domaine, tandis que plusieurs autres plateformes porteront sur la préparation des déchets du BTP et de la biomasse pour les valoriser dans le processus cimentier », détaille la Préfecture d’Occitanie dans un communiqué du 13 mai.

Créé en 2006 au Canada, le groupe papetier Paper Excellence a annoncé vouloir consacrer près de 40 M€ pour poursuivre son travail de décarbonation sur ses sites de production : Fibre Excellence Provence dans les Bouches-du-Rhône et Fibre Excellence Saint-Gaudens en Haute-Garonne. L’usine de cellulose haut-garonnaise produit près de 300 000 tonnes de pâte à papier par an et emploie près de 300 collaborateurs. Enfin, l’allemand EnBW, fournisseur d’énergies européen, va investir d’ici 2026 via sa filiale française Valeco 230 M€ pour la réalisation de centrales de production d’énergies renouvelables, notamment à Barre dans le Tarn.