Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Team Féline Compétition, le centre équestre qui monte

Sport. Forte de ses 34 années d’expérience dans l’univers équestre, Claire Lefort et son compagnon Yannick Crasnier ont créé une école d’attelage à Montauban. Cette championne, qui excelle dans cette discipline peu médiatisée, a voulu partager ses connaissances et sa passion. Si Claire Lefort avait entre les mains, une solution pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ?

Team Féline Compétition, le centre équestre qui monte
Claire Lefort lors d’une compétition, illustrant la pratique de l’attelage. (Crédit : TEAM FÉLINE COMPÉTTITION)

L’attelage n’a rien à voir avec les courses, celles qui vous « font miser sur le bon cheval », pour reprendre un des slogans du PMU. « C’est une discipline qui est différente de l’équitation, explique Claire Lefort, fondatrice de la Team Féline Compétition. On a peu de contacts avec l’animal puisque nous sommes installés dans la voiture. C’est une discipline qui laisse place au partage, on peut pratiquer à tout âge. L’attelage est adapté aux personnes en situation de handicap. » Claire Lefort a su trouver les mots pour nous convaincre. Il faut dire que la cavalière est une experte : championne du monde d’attelage par équipe en septembre dernier en Normandie, une quatrième place en individuel et cinq fois championne de France à poney. Claire Lefort fait aussi partie de l’équipe de France d’attelage. Et, nous ne citerons pas tous les trophées. Son premier contact avec un poney a eu lieu il y a 34 ans, elle avait quatre ans : « on habitait Paris avec mes parents, j’ai découvert le poney au Jardin d’Acclimatation et depuis je n’ai plus quitté les écuries. »


>LIRE AUSSI : L’artisanat occitan en force au salon MIF Expo 2022


Claire Lefort a toujours rêvé d’avoir des chevaux à la maison et de grandes prairies. Son rêve s’est réalisé en arrivant à Montauban il y a 19 ans. « Sur un terrain de cinq hectares, je pouvais avoir mes propres chevaux. J’ai acheté un poney d’attelage, je l’ai éduqué et j’ai commencé à travailler avec lui. » Claire Lefort a ensuite rencontré un autre passionné, Yannick Crasnier, cavalier lui aussi. Ensemble ils ont décidé de tenter une nouvelle aventure et d’ouvrir une école d’attelage.

LA PASSION AVANT TOUT

La rentabilité viendra après vous dira la passionnée. Les investissements sont lourds, il faut compter 3000 € pour l’achat d’un cheval non débourré, 4500 € pour une voiture d’attelage et environ 1500 € pour le harnais. Le haras héberge aujourd’hui 18 chevaux et deux poulains naissent chaque année. Le couple a également trouvé les bonnes combinaisons pour pouvoir vivre de sa passion. Tous deux appartiennent à la catégorie des slashers, Claire Lefort est opticienne gérante d’un magasin à Montbeton et son compagnon a gardé son activité dans le contrôle alimentaire. « On a créé l’école pour répondre à la demande des cavaliers intéressés par l’attelage. » Claire Lefort a obtenu son diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (DE JEPS) en 2021, un diplôme lui permettant d’enseigner l’équitation et l’attelage.

Une dizaine d’élèves suit les cours régulièrement, d’autres viennent participer aux stages. Claire Lefort a choisi de créer son école sous le statut associatif pour ne pas interférer avec son activité de cavalière professionnelle. Son agenda est chargé, elle n’hésite pas à traverser la France pour aller donner des cours d’attelage dans d’autres écuries. Elle accueille aussi des chevaux pour les débourrer. Elle aimerait élargir son activité aux entreprises, l’attelage est un bon moyen de renforcer la cohésion d’équipe. Claire Lefort a à coeur de faire connaître l’attelage et de développer ce mode de transport, à l’image de ce qui existe à Saint-Lô où le ramassage scolaire est assuré par une hippomobile ou encore à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée où les chevaux transportent les déchets.

Dorisse Pradal