Entreprises

Tourisme sportif : Sportihome s’approche du million de CA et atteint la rentabilité

Tourisme. Co-fondée à Montpellier en 2017 par Sylvain Morel et Frédéric Diaw, la plateforme de réservations en ligne d’hébergements de tourisme sportif Sportihome annonce des résultats records pour l’année 2023 et confirme ses ambitions d’expansion à l’échelle européenne.

Lecture 6 min
Photo de Sylvain Morel et Frédéric Diaw
Sportihome a été cofondée en janvier 2017 à Montpellier par Sylvain Morel et Frédéric Diaw, deux amis passionnés de sports, de voyages et eux-mêmes propriétaires de locations saisonnières. (©Sportihome)

Près de quatre ans après le début de la crise sanitaire, le tourisme international est (enfin) en passe de retrouver ses niveaux d’avant la pandémie. Selon le dernier baromètre publié par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), près d’1,3 milliard d’arrivées de touristes internationaux ont été enregistrées en 2023 dans le monde, contre 900 millions en 2022 et 450 millions en 2021. Ce chiffre équivaut à 88 % du niveau de 2019.

Fer de lance de ce rebond, le tourisme sportif a généré 587,87 Mds$ de retombées dans le monde en 2022, et devrait encore progresser de 17,5 % d’ici 2030 (source Ipso). Placées sous le signe du sport, de l’évasion, de la nature et du dépassement de soi, ces vacances séduisent de plus en plus, notamment lorsque que la destination se trouve en Europe. Le vieux continent réalise en effet à lui seul près de 40 % du chiffre d’affaires.

Sportihome, le Airbnb du tourisme sportif ?

Un engouement dont profite aussi les professionnels de la location saisonnière. Si les premières places sont trustées par les géants du secteur comme Airbnb, Leboncoin ou encore Abritel pour ne citer qu’eux, la plateforme montpelliéraine Sportihome a réussi en quelques années à se faire un nom et surtout une place dans ce marché ultra concurrentiel.

Comment ? En proposant une nouvelle façon de voyager qui intègre le partage d’expériences sportives et de matériel de sport à la location de vacances. Un concept inédit qui a permis à la start-up de signer de nombreux partenariats dans l’univers du sport avec des industriels (Décathlon, Au Vieux Campeur, etc.), des fédérations françaises de sport ainsi qu’avec des organisateurs d’événements sportifs.

Co-fondée en janvier 2017 par Sylvain Morel et Frédéric Diaw, deux amis passionnés de sports, de voyages et eux-mêmes propriétaires de locations saisonnières, la plateforme (accessible en cinq langues) attire entre 1,5 et 2 millions de visiteurs uniques par an et enregistre un volume de réservation de l’ordre de 2 à 3 M€ par an. Les sports les plus plébiscités par les voyageurs sont la randonnée, le cyclisme, le ski, le golf et le surf.

Si la France reste encore aujourd’hui son terrain de jeu privilégié, la start-up propose de nombreux logements aux quatre coins du monde. En plus des 70 000 répartis dans l’Hexagone, les passionnés de sports peuvent en effet réserver un chalet, une maison ou un appartement au Portugal (4 000 logements), en Italie (35 000 logements), en Espagne (34 000 logements), en Croatie (31 000 logements), en Allemagne (21 000 logements) ainsi qu’en Grèce (5 500 logements).

« Nous sommes à Airbnb ce que Decathlon est à Carrefour. Vous pouvez très bien acheter un vélo dans cette enseigne de supermarchés au même titre qu’une paire de basket mais si vous voulez des conseils plus aguerris et surtout du matériel adapter à votre pratique alors vous allez chez Decathlon », indique non sans humour Sylvain Morel, désormais directeur des opérations, avant de poursuivre :

Le but de Sportihome est vraiment de créer une expérience unique et surtout différente de celle que l’on peut retrouver sur les autres plateformes. La recherche se fait par sport et les logements recensés sont tous situés à proximité des sites de pratique : spots de VTT, de parapente, de surf, d’escalade… Les propriétaires doivent indiquer à combien de kilomètre se trouvent les différentes activités sportives, ainsi que le matériel qu’ils mettent à disposition et/ou à la location. »

Vise une croissance de 40% en 2024

Portée par un business model solide - commission entre 10 et 20% sur chaque réservation - et boostée par l’avènement d’un tourisme post Covid plus individualisé, tourné vers le bien-être et en lien avec la nature, la jeune pousse montpelliéraine a flirté en 2023 avec le million d’euros de chiffres d’affaires.

« Après avoir levé 4,5 M€ au cours de ces sept dernières années auprès d’investisseurs privés (business angels, fonds d’investissement luxembourgeois Accurafy4, institutions bancaires…) - sans oublier le soutien de nombreux acteurs institutionnels comme la Banque des Territoires, Bpifrance ou encore la Caisse des dépôts -, les résultats exceptionnels de 2023 vont nous permettre d’atteindre d’ici quelques semaines le seuil de rentabilité », se félicite Sylvain Morel qui annonce par ailleurs viser une croissance de 40% et les 500 K€ de résultat net positif en 2024.

Pour l’intéressé, cette réussite financière et ces perspectives de développement viennent surtout « couronner des années d’investissements et d’efforts soutenus. Et ce n’est qu’un début, assure-t-il. Nous allons intensifier notre expansion en Europe, en ouvrant plusieurs nouveaux marchés, notamment en Espagne et au Portugal. »

Une belle réussite pour les deux co-fondateurs et leurs six salariés qui, après avoir développé la plateforme depuis le garage de Sylvain Morel, ont déménagé en 2023 dans les locaux de l’incubateur Cap Oméga, situé au cœur du pôle tertiaire de la Métropole de Montpellier, dans le quartier Eurêka.