Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Van Mania trace sa route depuis le Tarn-et-Garonne

Loisirs. Nicolas Demazure, installé en pleine campagne, à Vaïssac, a trouvé le bon créneau pour développer son activité : il aménage des vans pour les passionnés de voyage nomade. La crise liée au Covid n’a fait que renforcer cette façon de bouger mais les clients doivent être patients… Le carnet de commandes est rempli jusqu’en octobre 2022.

Six kits sont aujourd’hui disponibles, pour un coût de l’ordre de 5000 € par véhicule. DR

Nicolas Demazure a créé Van Mania il y a 10 ans avant même que les vans ne de viennent une nouvelle tendance. « Je me suis lancé avec un statut d’auto-entrepreneur. En cours d’année, j’avais déjà dépassé les plafonds autorisés, je suis donc passé en SARL, puis en SAS ». L’entrepreneur a été inspiré par ses nombreux voyages et par le côté pratique du van. Il a traversé les USA, la Nouvelle Zélande… n’hésitant pas à acheter un véhicule puis à le revendre avant de changer de continent. « L’aménagement du van a suivi mon évolution de vie, s’amuse Nicolas Demazure. Avant il me fallait de la place pour transporter mon matériel de surf. Maintenant, je voyage en famille avec deux enfants. »

Un concept unique en France

L’entreprise de Nicolas Demazure est la seule en France à proposer autant de variantes. North, South… Six kits invitent au voyage, le plus demandé est le North East permettant d’équiper un fourgon pour une famille avec deux enfants en bas âge. Aménager un van nécessite de multiples compétences, il n’y a pas de formation. « Il faut être polyvalent, explique le dirigeant, on doit savoir faire de la mécanique, de la carrosserie. On découpe des véhicules pour y greffer des toits relevables, y poser des fenêtres, installer le chauffage, intégrer des bouches de remplissage d’eau. Il faut être plombier, menuisier… »

DR

Nicolas Demazure aménage en moyenne 150 véhicules par an, soit deux à trois par semaine. Il a choisi de proposer les différents packages sur quatre modèles de véhicules. « Je ne développe pas de prototype. Si on connaît bien le modèle, on le reproduit, on peut ainsi augmenter les cadences. On a voulu être rentable dès le début de l’activité ». Les kits dessinés par le fondateur de Van Mania ont été déposés à l’Inpi. Sur Internet, les clients choisissent leur aménagement, en fonction de leurs besoins en volume de couchage, de rangement.

Nicolas Demazure propose aussi d’acheter des véhicules, il est partenaire de constructeurs comme Renault ou Volkswagen : « je bénéficie de tarifs intéressants, c’est pratique pour les clients qui veulent aménager le van, ils n’ont qu’un seul interlocuteur. » Sur 150 aménagements à l’année, 50 véhicules sont vendus clé en main. Nicolas Demazure a aussi développé un réseau de partenaires (sept pour le moment), mais n’a pas voulu de franchise : « ils sont tous indépendants, ils travaillent en nom propre et respectent notre charte Van Mania. Ils sont formés dans nos ateliers à Vaïssac, là où est installé le showroom ».

De nouveaux challenges pour l’entreprise

« Quand j’ai démarré, j’avais le crayon sur l’oreille et la scie sauteuse à la main » se souvient l’entrepreneur. Il a ensuite investi dans des tables à dé - coupe numérique, des machines à 130000€ pièce, « c’était la première fois que j’achetais quelque chose d’aussi cher de ma vie ». Si l’activité est clairement montée en puissance ces dernières années, l’entreprise a ressenti l’effet Covid où les voyageurs ont changé leur plan et se sont approprié ce nouveau mode de vie en van. Le kit de base (ranger-dormir-cuisiner) est vendu 5000€. Il faut compter 35000 € pour un véhicule aménagé sur la base d’un Renault Traffic (véhicule compris).

Avec un chiffre d’affaires de 2 M€, Nicolas Demazure entend développer son réseau de partenaires et agrandir ses bâtiments. 2022 sera marquée par de nouveaux challenges avec l’équipement d’une flotte de sept véhicules électriques commandés par un loueur national. « On va ajouter l’électricité à notre panel de compétences, le fait de basculer sur l’électrique est un vrai carrefour pour l’entreprise » se réjouit Nicolas.

Dorisse Pradal