Informations régionales économiques et juridiques
141e année

L’Europe s’attaque aux produits chimiques dangereux

Santé. La Commission européenne a adopté une « feuille de route » visant à interdire d’ici à 2030 plusieurs produits chimiques toxiques.

L'Europe s'attaque aux produits chimiques dangereux
Crédit : Freepik

L’Union européenne est déterminée à frapper un grand coup pour lutter contre les milliers de produits chimiques toxiques omniprésents dans nos produits du quotidien. À cet effet, dans le cadre de la vaste révision en cours de la législation européenne sur les produits chimiques, la Commission européenne a adopté une « feuille de route » visant à interdire d’ici 2030 plusieurs familles de substances connues depuis des années, voire des décennies, pour empoisonner notre corps et notre environnement. Le premier objectif est d’éliminer les substances chimiques les plus nocives pour la santé humaine et l’environnement des produits de grande consommation. À l’échelle de l’Union européenne, environ 300 millions de tonnes de substances chimiques sont produites chaque année par l’industrie, selon Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne. La grande majorité (74 %) est jugée « dangereuse pour la santé et l’environnement » par l’Agence européenne pour l’environnement.

Entre 4000 et 7000 substances interdites d’ici 2030

Cela représente environ 12.000 substances. La plupart est considéré comme des perturbateurs endocriniens potentiels et près d’une sur cinq est classée comme potentiellement cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction. La feuille de route présentée doit préparer le terrain à un projet de révision du règlement Reach sur l’évaluation, l’autorisation et la restriction des substances chimiques, attendu pour le second semestre. Celle-ci permettrait une approche générique de la gestion des risques, introduisant des interdictions par groupe de substances sans avoir besoin de démonter un risque inacceptable pour chaque substance, comme c’est le cas aujourd’hui. Six premières familles de substances font ainsi l’objet d’un projet d’interdiction progressive.

Elles ont été sélectionnées pour leur nocivité et leur présence dans les produits courants. Phtalates, bisphénols, PVC, parabens, éther de glycol, retardateurs de flamme bromés, composés fluorés sont partout : jouets, biberons, tétines, emballages alimentaires, vêtements, meubles, appareils électroniques, cosmétiques, peintures, produits d’entretien. Au total, plusieurs milliers de produits toxiques seront interdits dans les prochaines années. Le Bureau européen de l’environnement (BEE) qui fédère plus de 140 organisations à l’échelle de l’Union européenne estime qu’entre 4.000 et 7.000 substances devraient être interdites d’ici 2030. L’ONG se félicite de cette initiative qui, si elle est mise en oeuvre, sera la plus grande suppression règlementaire jamais réalisée de produits chimiques autorisés.

Rédaction JdP