Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Les enseignants manquent à l’appel en Europe

Éducation. Le nombre d’enfants par enseignant dans les classes primaires en Europe connaît de fortes disparités selon les Etats. Le manque d’enseignants dans certains pays, et l’augmentation du nombre moyen d’élève par classe qui en découle, entraîne une diminution du niveau des élèves.

Les enseignants manquent à l'appel en Europe
(Crédit : Pixabay)

D’après Eurostat, l’office de statistique de l’Union européenne, le nombre d’enfants par professeur en primaire est calculé en divisant le nombre d’élèves présents à plein temps par le nombre de professeurs présents à plein temps et travaillant au premier niveau de la classification internationale type de l’éducation 5 (CITE) élaborée par l’Unesco. Dans la majorité des pays européens, l’âge d’entrée à l’école primaire correspond au début de la scolarisation obligatoire, autour de six et sept ans. En 2019, l’Union européenne comptait 2 millions de professeurs pour 24,5 millions d’élèves inscrits en école primaire. Soit un ratio moyen de 13,5 élèves par enseignant, qui cache néanmoins de fortes disparités d’un Etat membre à un autre. Un peu partout en Europe, les écoles peinent à recruter des enseignants pour la rentrée scolaire, laissant craindre des fermetures de classes. Une telle situation contribuerait mathématiquement à une augmentation du nombre d’élèves par classe.

Pourtant la réduction des effectifs est souvent avancée comme une solution pour garantir un meilleur enseignement aux élèves. Ainsi, dès 2020, le gouvernement français s’était fixé pour objectif de plafonner à 24 le nombre d’élèves dans les classes de grande section de maternelle, CP et CE1. Le “taux d’encadrement”, soit le nombre d’élèves moyen par enseignant dans les États membres de l’Union européenne révèle une moyenne de 13,5 enfants par professeur de primaire en moyenne mais avec des contrastes entre pays relativement marqués. Parmi les pays permettant aux enseignants de primaire de travailler avec les effectifs les plus réduits figure la Grèce (8,7 enfants par professeur en moyenne), suivie du Luxembourg (9 élèves). À l’inverse, la Roumanie (19,4 élèves) et la France (18,7 élèves) sont les deux pays dans lesquels les effectifs par professeur sont les plus fournis.

Des classes réduites permettent l’amélioration du niveau des élèves

Au milieu du spectre, la majorité des pays européens oscillent entre 10 et 15 enfants par professeur comme le Portugal (12,3 enfants par enseignant), la Finlande (13,5) ou encore la Bulgarie (12,5). Si les données révèlent des disparités notables, il est néanmoins impossible de dessiner des tendances régionales. Des pays avec des systèmes politiques, économiques et éducatifs différents et très éloignés géographiquement les uns des autres partagent parfois un nombre d’enfants par classe proche, comme l’Espagne (13,6), la Suède (13), ou la Lettonie (12).

S’il est avéré que le nombre d’enfants par enseignant joue un rôle sur la qualité des apprentissages, le bruit et la promiscuité sont autant de facteurs perturbants pour les élèves. Selon une enquête quantitative de grande envergure menée par l’université américaine d’Harvard, la réduction des effectifs s’accompagne d’une amélioration du niveau scolaire des élèves. Et ce tout particulièrement pour les enfants issus des catégories les moins aisées de la population, comme l’affirme une autre recherche réalisée en France par l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Rédaction GdM