Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Dromfit, le sportswear made in Montpellier

Textile. Avec deux autres associés, Kevin Coulm tient la barre de Dromfit, entreprise spécialisée dans les tenues de sport qui oeuvre pour le « made in Montpellier ».

Kevin Coulm et ses deux associés. DR

Relocaliser à Montpellier la fabrication de vêtements de sport de fitness et de cross training performants et élégants, tel est en substance le projet de Kevin Coulm aux côtés de Nicolas Cargouet et Souhail Alaoui, la direction tricéphale de Dromfit. L’histoire de l’entreprise montpelliéraine remonte en 2016, année où le joueur professionnel de paintball, fraîchement diplômé de l’école de commerce Montpellier Business School, décide de suivre son autre rêve : lancer une marque de vêtements de sport. « J’ai créé initialement une marque sur le marché du paintball encore méconnu à l’époque avant de l’élargir au marché du cross training qui était déjà plus dense mais restait encore un marché de niche. Cette diversification, qui a également induit un changement de nom, nous a permis d’avoir un relais de croissance conséquent et de porter ainsi les équipes de cinq à 12 collaborateurs », explique Kevin Coulm.

« Nous avons à coeur de choisir des tissus qui viennent d’Europe »

Autre axe stratégique déployé il y a trois ans par Dromfit, l’intégration de la fabrication en région dans la zone d’activité Garosud à Montpellier. « Au départ, nous faisions appel à des savoir-faire asiatiques, mais l’objectif était de nous agrandir, de générer de l’emploi local et de répondre à l’engouement pour le “made in France”, précise le dirigeant. Nous avons investi dans un atelier de confection et recruté notre première couturière en 2019 ». Pour ce faire, la jeune entreprise a été soutenue par la Région Occitanie à hauteur de 20 K€ en vue d’acheter le matériel nécessaire. « Nous avons ainsi lancé une microsérie de près de 400 produits afin de valider la faisabilité, la rentabilité et l’intérêt des consommateurs. Puis, la Covid est arrivée, nous avons fabriqué des masques barrières et porté l’équipe à 100 salariés pendant six mois, avant de reprendre notre route. L’idée est désormais de basculer l’ensemble de nos gammes à Montpellier
 »
.

243% de l’objectif initial

Pour atteindre ce nouveau cap, le trio a lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule qui se clôturera début mars. « Nous avons déjà atteint 243% de notre objectif initial à savoir près de 500 précommandes. Nous prévoyons de livrer notre première collection “made in Montpellier” courant avril. » Deux autres collections sont également prévues pour l’été et l’automne prochains. Quid des matières premières ? « Nous avons à coeur de choisir des tissus qui viennent d’Europe. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’élaboration de vêtements performants et fabriqués localement et dans un second temps, nous souhaiterions créer des gammes plus responsables. Nous avons déjà commencé par l’utilisation de tissus partiellement recyclés. Pour notre prochaine collection, nous ciblons des t-shirts en coton et polyester, 100% recyclés et tissés en France. »

La marque, qui compte, pour l’heure, 16 fournisseurs de matières premières européens, souhaite renforcer son maillage et collabore, en parallèle, avec un partenaire de sourcing basé en Angleterre. L’entreprise envisage ainsi de pérenniser 10 emplois dans l’atelier cette année et espère atteindre 10 000 produits vendus. Visant notamment le marché français via exclusivement son site internet, « afin de maîtriser sa chaîne de valeur et de rester indépendante », la marque entend s’imposer comme leader français. Forte d’une vingtaine de collaborateurs, l’entreprise, qui a généré 1,1 M€ de CA en 2021, entend encore élargir son marché et grossir. À ce tire, un déménagement est déjà prévu mi-2023 aux portes de Montpellier : « Nous avons lancé la construction d’un bâtiment, afin de tripler la surface, à savoir 750 m2. Nous avons sollicité la Métropole qui nous a sélectionné parmi beaucoup de dossiers », conclut le codirigeant.

Jennifer Legeron