Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Gourmandises fortement conseillées

Santé. Pauline Renard a créé La Picorée, marque de collations adaptées aux besoins nutritionnels des patients en oncologie, à fort risque de dénutrition.

L’équipe de La Picorée DR

Proposer à des patients à risque de dénutrition, en priorité atteints de cancers et personnes âgées, des collations savoureuses, biologiques, naturelles et performantes en termes d’apport en calories et en protéines, est en substance le projet mené par Pauline Renard (au centre sur la photo), né d’une expérience personnelle. « Certains de mes proches, aujourd’hui décédés, avaient souffert de dénutrition à la suite de cancers. C’est ce qui m’a poussé à réfléchir à l’alimentation des personnes fragiles avec une nutrition personnalisée, plus savoureuse et naturelle. Il s’agit d’une alternative aux compléments nutritionnels oraux déjà présents sur le marché, lesquels comportent beaucoup d’additifs et de conservateurs et ont un goût médicalisé. Mon ambition est de développer des produits gourmands adaptés aux besoins nutritionnels des patients atteints d’un cancer pour lesquels le risque de dénutrition atteint 40% », explique la trentenaire, diplômée de l’école de commerce Kedge Business School.

Au sortir de ses études, la jeune femme originaire de Montpellier se frotte pendant cinq ans au domaine du conseil en politiques publiques de santé et accompagne des porteurs des projets dans leur étude de marché. Ses expériences professionnelles et personnelles la font alors franchir le cap de l’entrepreneuriat, avec cette envie de « passer à l’action ». Pauline Renard intègre l’incubateur du BIC de Montpellier et crée une entreprise solidaire d’utilité sociale (Esus) début 2021, devenue depuis une affaire de famille. « Sur les quatre associés fondateurs, deux associés ayant un rôle stratégique sont issus de ma famille. Mon père, médecin au CHU de Montpellier en endocrinologie, et spécialisé en nutrition, a un rôle de conseil en recherches cliniques. Un autre membre de ma famille, conseiller en love money, apporte également son soutien », souligne-t-elle.

Renforcer son développement

En juin, La Picorée, qui a pris ses quartiers sur le campus de SupAgro Montpellier, commercialisera sa première gamme de mini-cakes salés et sucrés. La R & D a nécessité un investissement de 200 K€ (financé notamment via une bourse French Tech de Bpifrance de 30 K€, une aide de France Active de 30 K€, un contrat innovation de la région Occitanie à hauteur de 45 K€ et un pass innovation Occitanie de 12 500 €). Ces aides ont permis à la jeune pousse de passer de l’étape de laboratoire à l’échelle industrielle. « J’envisage aussi de monter un dossier de financement avec le fonds d’amorçage de France Active afin de poursuivre notre développement ». Pour asseoir sa notoriété, l’entreprise entend passer par différents canaux de distribution notamment via son partenaire et troisième associé, le groupe Bastide Le Confort Médical, spécialiste de la vente et de la location de matériel médical en France.

Elle envisage aussi de distribuer ses produits via son propre site d’e-commerce et des réseaux de pharmacies, se concentrant d’abord sur l’Occitanie avant d’élargir ses marchés sur l’ensemble de l’Hexagone. Quid de la fabrication et de la provenance des matières premières ? « Nous nous approvisionnons en circuit court, à proximité de nos usines basées en Bretagne et dans le Nord de la France. En effet, il n’existe pas d’outils de production sur le territoire régional », pointe-t-elle. L’entrepreneuse espère générer 1 M€ de chiffre d’affaires à l’horizon 2025, avec quatre gammes de produits et porter son équipe à 10 collaborateurs. Une deuxième gamme encore confidentielle est également dans les cartons !

Jennifer Legeron