Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Hello Banana, à offrir sans modération

Artisanat. Lucile Boudin et Marie Aïneto ont créé Hello Banana, un concept de bar à cadeaux 100% funs et colorés avec des marques « made in France ».

Lucile Boudin et Marie Aïneto. DR

Remplacer l’indétrônable boîte de chocolats ou le bouquet de fleur par une pochette-surprise originale et colorée, telle est l’idée du bar à cadeaux toulousain Hello Banana créé fin 2020. À son initiative, deux amies trentenaires, Marie Aïneto, toulousaine, entrepreneuse dans l’âme et fondatrice de l’agence de social media So happy web et Lucile Boudin, ancienne chef de projet chez Infomil, responsable développement et relations clients dans l’agence de sa camarade et désormais associée d’Hello Banana. « Pendant le confinement, nous avions envie de faire plaisir à nos amis et de leur envoyer un peu de douceur, mais nous ne trouvions pas de coffrets à personnaliser. Quand Marie m’a soufflé l’idée, j’ai tout de suite été emballée. Nous avons ainsi lancé une étude de marché, laquelle a révélé qu’il y avait un créneau à prendre », explique la Normande, diplômée de l’Edhec Business School de Lille, qui a démissionné de son poste de chef de projet informatique pour se lancer pleinement dans l’entrepreneuriat.

« Notre plus grosse commande a atteint 200 pochettes, mais nous avons la capacité de faire bien plus. »

Une formation chez LiveMentor et une incubation au sein des Premières Occitanie, ont permis au binôme de structurer son marché et de tisser son réseau. La pépite comptabilise, depuis le lancement du site au printemps 2021, 1000 pochettes vendues. « Nous entendons doubler les ventes d’ici l’année prochaine », affirme Lucile Boudin. Près d’une centaine de références fleurissent – passant par des gourmandises, des objets cocooning, de déco ou pour enfants, etc. –, dont 98 % sont estampillées « made in France » à travers un maillage de 45 partenaires, dont 25 % sont occitans. « Nous voulions ancrer notre démarche au niveau local, et cette vision s’est inscrite dans notre cahier des charges. Nous avons également conforté notre position à l’issue d’une étude de marché post-confinement qui a révélé que 80 % des consommateurs étaient sensibles à la production française. »

Les CE comme axe de développement important

Au-delà du marquage français, ces entrepreneuses, qui testent tous les produits en amont, ont à coeur de développer une démarche responsable. « Pour nos box, le carton provient à 80% de matière recyclée. Pour nos pochettes, actuellement en plastique, nous cherchons une alternative écoresponsable. L’objectif est de trouver un juste milieu entre le côté funky et responsable. » Pour l’heure, si les particuliers sont le coeur de cible d’Hello Banana sur l’ensemble de l’Hexagone, les CE constituent un axe de développement important. « Si en décembre et en juin, le BtoB génère 80 % de notre chiffre d’affaires, l’activité est répartie à parts égales entre les particuliers et les entreprises le reste de l’année, détaille-t-elle. Nous allons cependant faire évoluer nos actions commerciales en vue d’avoir une offre plus packagée pour les entreprises et accroître les volumes. Parmi nos clients, nous comptons une coopérative, de grands comptes, des cabinets d’avocats, des institutions, etc. Notre plus grosse commande a atteint 200 pochettes, mais nous avons la capacité de faire bien plus. »

Car si l’aventure a démarré dans la chambre d’amie de Lucile Boudin, l’activité est aujourd’hui regroupée dans les locaux de l’agence web, à Compans-Caffarelli. Si le duo ne peut pas encore se rémunérer, il réinvestit le CA notamment dans l’amélioration des services et la publicité. Pour ce faire, il s’est d’ailleurs rapproché de l’école de marketing et de communication Iseg pour booster sa notoriété digitale, déjà grande.

Jennifer Legeron