Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Mise en bouche à proximité

Restauration. Audrey et Lionel Penaud ont créé une application qui met en relation les consommateurs et les professionnels des métiers de bouche en circuit court.

Audrey et Lionel Penaud. (Crédit : DR).

Selon une étude de Kantar de 2020, 79% des Français souhaitent privilégier les produits locaux. C’est sur cette tendance qui monte en puissance que surfe la jeune pousse toulousaine, Sucrine Club. Elle a lancé fin 2021 une plateforme qui recense les producteurs et les commerçants proposant des produits locaux de saison et en circuit court pour faciliter le choix des consommateurs. À l’initiative de ce projet, le duo dans la vie et dans le travail, Audrey et Lionel Penaud, respectivement consultante en informatique et responsable développeur informatique, eux-mêmes fervents défenseurs de la consommation responsable.

« Pendant le confinement, nous étions en quête de nouveaux endroits où se fournir. L’idée s’est affinée lorsque j’ai entendu à la radio un producteur qui peinait à faire connaître ses produits en dehors de sa commune et au-delà des retombées du bouche-à-oreille. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à plancher sur l’idée d’un outil, avec mon compagnon qui s’occupait à temps partiel du back-office, en vue de faciliter la vie des consommateurs et d’augmenter la visibilité des professionnels », explique la trentenaire. Depuis sa mise en route, 800 points ventes et 430 professionnels sont listés sur la carte.


> LIRE AUSSI : Daisy et ses allergies


Pour les trouver et les faire connaître, les fondateurs écument les marchés et les événements locaux, dont le dernier en date, le festival Jazz in Marciac, pendant lequel ils ont pu faire découvrir des produits aux festivaliers. « Nous nous appuyons également sur les recommandations des consommateurs. Nous avançons département par département. Nous avons commencé par la Haute- Garonne et le Gers. Nous étendons aujourd’hui notre service au reste de l’Occitanie dans les départements les plus touristiques, tels que les Pyrénées- Orientales, l’Aude, le Gard, etc., et également au sud de la Nouvelle- Aquitaine. L’objectif, à moyen terme, est de recenser des professionnels sur l’ensemble du territoire national », assure la cofondratrice.

En attendant, le couple, accompagné par Toulouse Métropole et incubé par le Marché d’intérêt national Toulouse Occitanie, entend étoffer la liste des fonctionnalités dédiées aux professionnels d’ici la fin de l’année. « Nous souhaitons leur faire gagner du temps. Nous travaillons actuellement sur l’ajout d’une fonctionnalité qui concerne les catalogues de produits et les cartes de fidélité. Nous mettons aussi en place des stickers avec des QR codes uniques », détaille-t-elle. Quid des restaurateurs ? « Des fonctionnalités seront aussi prévues pour eux. Ils peuvent d’ores et déjà avoir accès à la plateforme pour constituer leur réseau de fournisseurs ». Côté consommateurs, l’équipe (deux alternants et une stagiaire) propose sur son blog, cinq aventures gourmandes, des itinéraires à mi-chemin entre découvertes des spécialités du terroir et visites touristiques pour mieux connaître le labeur des professionnels. À bon entendeur…

Jennifer Legeron