Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Test urinaire nouvelle génération

Santé. Avec trois associés, Clara Dumard a cofondé TinoHealth, une start-up qui développe un test urinaire qui mesure des biomarqueurs et livre des conseils.

L’équipe de Tino-Health DR

Implantée à Carbonne en Haute-Garonne, la pépite Tino-Health, qui a vu le jour en juin, ambitionne de commercialiser un auto-test urinaire nouvelle génération, qui en quelques minutes, délivre sur un smartphone les analyses de 10 biomarqueurs présents dans l’urine, agrémentées de conseils nutritionnels personnalisés. Cet outil de santé connecté vise notamment les sportifs de haut niveau, professionnels ou amateurs qui souhaitent améliorer leurs performances en optimisant leur alimentation ainsi que le marché du bien-être. Le projet est né initialement d’une rencontre, celle de Jean-Christophe Cau, ingénieur Insa et docteur en nanophysique, et de Clara Dumard, alors étudiante en mastère Innover et Entreprendre à l’ESCP à Paris.

Après un parcours ponctué d’un essai à la faculté de pharmacie de Nantes, une année Erasmus en Espagne, deux expéditions à la voile en Arctique, et pendant le confinement, la création d’une première boîte de formations en ligne pour les voileux, cette Bretonne a décidé, à la sortie de ses études, d’embrasser de nouveau l’aventure entrepreneuriale aux côtés de Jean-Christophe Cau.

« L’objectif est de commercialiser à grande échelle »

« Nous nous sommes rencontrés en janvier 2021 dans le cadre de mon mastère. De fil en aiguille, nous avons décidé de nous associer. Il a développé le boîtier du test après des crises de colique néphrétique. En tant que sportif, il souhaitait gérer son alimentation en amont des crises. Ensemble, nous avons réfléchi à la valeur ajoutée de ce test. L’outil et son application mobile sont en beta test depuis août, après deux ans de R & D. Notre technologie est unique puisqu’elle permet de mesurer très précisément 10 biomarqueurs dans l’urine, dont le niveau d’hydratation, le taux de magnésium, de calcium, l’acide urique, ou la créatinine, de façon simple, rapide et à domicile. Nous avons également développé une application connectée, qui interprète les données et les traduit en conseils personnalisés. Deux brevets sont déposés, le premier sur le boîtier d’auto-test, le second sur le fourreau qui protège les mains de l’urine », détaille Clara Dumard, CEO de Tino-Health, l’une des deux entreprises nommées pour représenter l’Occitanie lors du concours Santé Entrepreneurs Harmonie Mutuelle 2021.

Une aide régionale de 10 000 euros

Après l’obtention d’une aide régionale de 10 K€ qui a permis de développer le site marchand, l’aspect marketing, et booster l’application, les associés sont prêts désormais à passer à l’étape d’industrialisation qui nécessite cependant une levée de fonds. « Pour l’instant, nous produisons en 3D. L’objectif est de commercialiser à grande échelle. Nous manquons de budget pour lancer la ligne de production, laquelle est basée à Oyonnax, recruter et poursuivre notre R & D. Nous espérons lever entre 400 et 800 K€ l’an prochain. » Objectif : vendre 1800 auto-test en 2022 et 10000 en 2023. Suite au Sportup Summit, des demandes affluent de la part des clubs sportifs, « qui pourraient grâce à l’outil, croiser les datas des différents profils de sportifs ».

En vue des JO, la start-up espère aussi faire la différence et obtenir de jolis contrats. Quid des concurrents ? « Une entreprise en Espagne produit des toilettes connectées qui mesurent les mêmes biomarqueurs. Mais le prix est élevé et ce n’est pas pratique. Aux États-Unis, il existe des systèmes qui permettent de prendre la bandelette en photo qui délivre les infos. Mais selon la luminosité de l’image, le résultat change et manque de fiabilité ». Tino-Health entend d’ici trois ans s’imposer sur le marché européen avec une gamme « bien-être », « sport », et « club » et un pool médical. En attendant, une dizaine de recrutements sont prévus en 2022.

Jennifer Legeron