Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Tout schuss VS micro-mobilité

Start-up. Avec deux associés, Romain Foussadier a cofondé Trivia-Mobility, une start-up montpelliéraine qui propose un service de micro-mobilité tout-en-un.

Introduire de la micro-mobilité au coeur des entreprises et des collectivités pour booster le transport durable auprès des salariés, c’est en substance le projet de la pépite montpelliéraine, Trivia-Mobility, créée en 2019. « Avec la crise, tout s’est accéléré, à savoir la volonté étatique de promouvoir la mobilité douce, la limitation de vitesse passée à 30 km/heure dans les centres-villes, l’économie du partage qui se multiplie, etc. Notre projet trouve ainsi sa place et nous n’avons pas particulièrement pâti des effets de la crise sanitaire pendant notre phase de développement », détaille Romain Foussadier (au centre de la photo), cofondateur de Trivia-Mobility, en parallèle cofondateur de FinQuartz, une fintech basée à Genève.

Cet ancien trader sur les marchés londoniens a rejoint l’aventure de Trivia-Mobilty aux côtés de son ami Arnaud Porée, aux commandes d’Airlab Industrie, fabricant de véhicules électriques légers basé à Nîmes et Olivier Tissot, fort de 10 ans d’expérience dans la promotion immobilière et le stationnement, à la tête de cinq structures en Occitanie et CFO du groupe Tissot. « Afin de remporter des appels d’offres au niveau des collectivités pour construire des bureaux et des résidences, cela ne suffit plus de penser bâtiment économique, écologique et design. Il faut apporter des services annexes comme de la micro-mobilité. C’est dans ce cadre qu’Olivier Tissot a eu l’idée de créer Trivia-Mobility. Dans les agglomérations et les centres urbains, la location individuelle en libre-service se développe. À travers notre projet, nous apportons un service clé en main aux entreprises en facilitant la gestion de la micro-mobilité à savoir le planning, le nombre de trottinettes, l’assurance RC, l’assistance et la maintenance ».

Des objectifs ambitieux

Quid du fonctionnement ? « Nous déposons des casiers avec des vélos électriques pliants ou des trottinettes. Nos casiers connectés ou stations s’ouvrent depuis une application mobile accessible facilement par les employés. Cet outil de partage géré par un chef de communauté est fourni avec un casque désinfecté par des lampes UV, et tous les services annexes, le système de recharge et la maintenance. En cas de panne, un taxi prend le relais. Nous proposons également de la location sèche sans technologie de partage », explique le cofondateur.

Après deux ans de R & D, la start-up, qui pour l’heure dispose d’un parc d’une quarantaine de véhicules et en vise 1100 d’ici la fin de l’année, a séduit notamment une mairie près de Montpellier, une succursale d’Airbus, une société de parking qui souhaite proposer à ses abonnés le service de micro-mobilité pour les derniers kilomètres, et les Village by CA de Montpellier et Toulouse. Le trio, qui espère atteindre 1 M€ de CA en 2021, a également été approché par des promoteurs et envisage d’étendre son offre rapidement dans le secteur immobilier. « Dès l’année prochaine, nous proposerons ce même service dédié cette fois aux outils de bricolage dans les copropriétés ».

Si les trottinettes proviennent d’Asie, « celles d’Airlab Industrie, elles, étant davantage destinées au marché du luxe, souligne Romain Foussadier, les nôtres sont cependant modifiées dans notre entrepôt de Montpellier afin d’être plus robustes. » Les services associés, eux, sont 100 % occitans et héraultais. « Nous collaborons avec le fabricant de matériel électronique Pdca34 pour la partie assemblage et l’entreprise Subvitamine pour le software, que nous souhaitons intégrer en interne. » Actuellement, forte de cinq collaborateurs, l’équipe devrait s’étoffer d’un CTO et d’un profil commercial cet hiver.

Jennifer Legeron