Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Vendre au bon prix

Immobilier. Rémy Villeseche a fondé Au bon mandat, le premier courtier en agences immobilières pour offrir plus de sérénité aux propriétaires vendeurs.

Rémy Villeseche (Crédit : DR).

Responsable commercial dans le secteur informatique, Rémy Villeseche s’est lancé très tôt dans l’investissement immobilier. « J’ai réalisé mon premier achat à 22 ans, dès que j’ai eu mon premier CDI et pu contracté un prêt », explique-t-il. Dix ans plus tard, après avoir réalisé plusieurs opérations, ce qu’il considérait au début comme un moyen de préparer sa retraite est devenu une passion. Au point qu’en 2020, en parallèle de son travail, il a repris des études pour se former et obtenir sa carte d’agent immobilier. Pendant deux ans, s’appuyant sur l’expérience acquise, il a ainsi mûri un nouveau projet professionnel pour résoudre les problématiques qu’il a pu détecter sur le marché. En janvier 2022, le trentenaire démissionne pour créer Au bon mandat, le premier courtier d’agences immobilières. « Je me suis rendu compte que beaucoup de biens, malheureusement pour les propriétaires, étaient vendus en dessous du prix du marché. » Le néoentrepreneur estime à 80000 le nombre de biens ainsi « bradés » chaque année dans les grandes villes françaises. Deux raisons expliquent ce phénomène, selon Rémy Villeseche : d’une part la méconnaissance du marché par les propriétaires qui, souhaitant économiser les frais d’agence, décident de vendre seuls leur bien.


> LIRE AUSSI : Mise en bouche à proximité


« L’autre raison, c’est que le marché de l’immobilier étant très tendu dans les grandes agglomérations, les professionnels de l’immobilier ont tout intérêt à vendre très vite, par peur de la concurrence et de perdre le mandat. Cela nuit dès lors beaucoup au marché et aux propriétaires, parce que le conseil n’est pas toujours au rendez-vous. » Pour permettre aux propriétaires de vendre dans les meilleures conditions, Rémy Villeseche propose, à travers Au bon mandat, de sélectionner le professionnel le plus performant pour mener à bien leur projet de vente, parmi les 1250 exerçant à Toulouse. La start-up a noué des partenariats avec plus de 25 agences immobilières triées sur le volet. « Nous privilégions les agences qui ont plus de trois ans d’ancienneté, locales et indépendantes, pour garantir leur professionnalisme et la proximité. Parce qu’il y a une forte corrélation entre le fait de bien connaître le secteur et le fait de vendre à un bon prix. » En fonction de multiples critères (localisation, standing, typologie, budget, etc.), Rémy Villeseche sélectionne cinq agences qu’il met ensuite en concurrence.

« Le mandat est attribué à celle qui propose le meilleur prix, prix sur lequel elle s’engage. Cela signifie que si le bien n’est pas vendu, elle devra verser au propriétaire une indemnité. » Au bon mandat a déjà réalisé deux ventes et a quatre ventes en cours. S’il est encore un peu tôt pour faire des statistiques, les performances sont bien réelles : « le processus de sélection apporte une performance moyenne de l’ordre de 8,7% sur le prix net vendeur et une économie sur les honoraires de vente, soit une performance moyenne de près de 25 K€ au total pour un prix de vente moyen de 250 K€ », se réjouit Rémy Villeseche qui veut étendre son réseau à une quarantaine d’agences pour mailler le territoire de la métropole. La pépite, qui accueillera en septembre son second salarié, a bénéficié d’une subvention de la Région Occitanie et Bpifrance via la bourse French Tech.

Agnès Bergon