Informations régionales économiques et juridiques
141e année

27ème festival international Toulouse les Orgues

Festival. La nouvelle édition du festival Toulouse les Orgues se déroule cette année du 5 au 22 octobre.

27ème festival international Toulouse les Orgues
L’orgue de la Dalbade. (Crédit : TLO)

Elle mettra en lumière des rêveurs de l’orgue : les constructeurs qui fabriquent aujourd’hui des orgues aux sonorités inouïes et des musiciens venus du classique, des musiques expérimentales ou du jazz et qui créent pour cet instrument. Sur des orgues de toutes époques et de tous genres, ces musiciens se produiront dans des répertoires variés, en solo ou en duo, avec d’autres instruments comme le violon baroque, le saxophone, la vielle électrique, le thérémine ou les percussions. En parallèle, l’orgue permettra de redécouvrir des incontournables du répertoire classique pour orchestre dans des transcriptions originales : Boléro de Ravel, Casse-Noisette de Tchaïkovski, Planètes de Holst, etc.

Parmi les incontournables du festival : les Nuits du Gesu, le ciné-concert à la Daurade, la Nuit de l’Orgue à St-Sernin dédiée cette année aux musiques et aux musiciens scandinaves, les séances de yo[r]ga et le concert gratuit réservé aux étudiants. Le public est invité à redécouvrir la richesse du patrimoine toulousain avec des concerts dans des lieux emblématiques de la Ville, comme la cathédrale Saint-Etienne, la basilique Saint-Sernin, l’auditorium Saint- Pierre des Cuisines, Notre-Dame de la Daurade ou encore des lieux intimistes comme Saint-Pierre des Chartreux ou l’église Saint-Jérôme. L’occasion aussi d’entendre pour une dernière fois l’orgue du Taur, construit en 1880 et conservé sans altération depuis, qui sera soigneusement restauré pendant une période de plusieurs années. Organistes, instrumentistes, chanteurs… plus de 50 artistes sont attendus pour partager des moments musicaux singuliers. Le Festival accueillera des solistes comme Bernard Foccroulle, Nathan Laube, Michel Bouvard, le trompettiste Romain Leuleu avec l’organiste Jean-Baptiste Robin, le pianiste de jazz toulousain Étienne Manchon en duo avec Pierre-Marie Lapprand.

Des instruments de toutes les époques

27ème festival international Toulouse les Orgues
(Crédit : MASPE)

Une place toute particulière sera faite aux musiciennes confirmées ou en début de carrière : Loriane Llorca, Maude Gratton, Minori Deguchi, Ellen Arkbro, Julie Pumir, Els Biesemans, Alma Bettencourt, Mélodie Michel, Laetitia Corcelle, Susanne Kujala. Avec 36 rendez-vous, le festival permet d’entendre des instruments de toutes les époques dans les répertoires qui leur conviennent le mieux : du baroque avec Maude Gratton, l’ensemble Les Surprises, ou encore Alkymia dans un programme de musique sudaméricaine très originale, des concerts dédiés à la musique symphonique avec de nombreuses oeuvres du compositeur César Franck dont nous fêtons cette année le bicentenaire de la naissance, ainsi que de nombreuses transcriptions d’oeuvres venant du répertoire pour orchestre.

La création est particulièrement présente pour cette édition 2022 avec la première mondiale d’une oeuvre pour orgue et dispositif électronique du compositeur Jacques Lenot ainsi qu’une carte blanche au pianiste Étienne Manchon (en partenariat avec Jazz sur son 31) pour un programme utilisant toutes les possibilités musicales de l’orgue l’Explorateur, un orgue construit par trois facteurs d’orgues belges et français, et qui se compose d’une douzaine de modules comprenant au total 700 tuyaux. Offrant l’essentiel des sonorités typiques d’un grand orgue d’église, il permet également de nouvelles perspectives musicales par un système innovant de contrôle du vent et l’utilisation du système MIDI dans l’interface entre l’organiste et son instrument. Très investi dans la diffusion de spectacles pour le jeune public, Toulouse les Orgues accueille cette année Hansel & Gretel, une commande faite à Baptiste Genniaux et Vincent Dubus. La création sera aussi présente dans les Nuits du Gesu avec les oeuvres d’Ellen Arkbro (en partenariat avec le GMEA), le duo de Giulio Tosti et Romain Baudoin avec une vielle à roue électroacoustique (qui fera écho à celui de Loriane Llorca avec Valentin Laborde) et bien sûr le ciné-concert avec les improvisations de l’organiste italien Gabriele Agrimonti.

Rédaction GdM