Informations régionales économiques et juridiques
141e année

31 notes d’été : des concerts dans toute la Haute-Garonne

Festival. Le festival organisé par le Département de la Haute-Garonne poursuit sa programmation itinérante.

Le Panda’s Cover Gang, neuf musiciens adeptes de reprises festives. (Crédit : Phrame)

Le 25 août, il fait escale à l’écluse Saint-Pierre à Toulouse avec L’oiseau Ravage. Entre ses prises de bec et un lyrisme de crécerelle, le duo étourdit et libère un plumage sauvage. Il surprend parce qu’il est surpris ! Les deux allumés, Charlène Moura (saxophone abrupte, chant du doute et du tiraillement) et Marek Kastelnik (piano impressionniste, intimiste, rock et baroque), nous embarquent dans leur univers musical haut en couleur. Un peu plus tard, ce même jeudi, à l’abbaye de Bonnefont à Proupiary (à une heure au sud-ouest de Toulouse, près de Saint-Martory), un autre duo entre en scène : On s’en tape ! Gabriel Martin et Vincent Gilbin animent ce spectacle de guitare-body percussion : de la magie douce et de la chanson folle. C’est un pari un peu fou qui mixe tous les codes musicaux ou visuels du cirque, du spectacle de rue, ou encore du cabaret. Sur scène, ça joue, ça chante…

Ce même jeudi 25 août, Revel accueille les huit musiciens de Super Panela. La formation toulousaine vous propose un cocktail de saveurs métissées, une musique qui puise ses arômes dans les champs de café colombiens, le soleil des Caraïbes et la moiteur de la jungle équatoriale… Plus tard dans la soirée, également à Revel, les six musiciens de Graines de Sel viendront présenter sur scène leur nouvel album Carnaval des Merveilles. De la chanson française avec des influences très variées qui vont des musiques traditionnelles gasconnes aux musiques de l’Est, teintées de notes tribales et andalouses.


> LIRE AUSSI : Margrethe II de Danemark artiste-reine au Musée Henri Martin de Cahors


Le lendemain 26 août, le Musée de l’Aurignacien d’Aurignac accueille Mama Godillot, un trio aux accents de la Sicile. Les mélodies envoûtantes d’un guitariste et les rythmes impétueux d’un percussionniste sans frontières… Une malle pleine de soleil, de transes africaines, de douceurs des îles. Le Brésil, Cuba, l’Angola, le Cap-Vert, la Réunion : un fabuleux voyage en quelques notes… Le 26 août également, à Nailloux cette fois, après le concert de La Marmaille, une « post-fanfare » friande de perles rares issues de répertoires aussi divers que le jazz, le surf, la musique des Balkans, le rock bizarre, place à La Bruja, un collectif de six femmes.

Elles portent en elles l’univers riche en couleurs et en sonorités de la cumbia avec talent, enchaînant des compositions aussi entraînantes que revendicatrices. Le 27 août, le Musée départemental de la Résistance & de la Déportation abrite le concert La trace du papillon, un voyage musical à travers l’oeuvre des poètes arabes, Mahmoud Darwich (Palestine) et Nadia Tueni (Liban), accompagné d’un violon, d’une clarinette basse, de percussions et de la musique des mots. Ce même 27 août, le château des Confluences de Pinsaguel abrite un concert du Panda’s Cover Gang, neuf musiciens adeptes de la reprise festive s’attaquent aussi bien au groove sexy de Bruno Mars qu’au rock de Queen ou celui plus nerveux de The Offspring. Ils seront suivis sur scène par le Combo Mofongo, 13 musiciens qui concoctent de savoureuses reprises de grands standards dans la pure tradition des spectacles de salsa.

Rédaction GdM