Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Exceptionnelles nuits d’été au Théâtre du Capitole qui retrouve (enfin) son public

Lyrique. Fermé pendant de longs mois, le Théâtre du Capitole rouvre grand ses portes en juillet.

Du 6 au 21 juillet, le Théâtre du Capitole ouvre grand ses por­tes, avec treize manifestations exceptionnelles : des concerts, des réci­tals donnés par des solistes, le Chœur, l’Orchestre ou encore le Ballet du Capitole…

Kader Belarbi et les danseurs du Ballet du Capitole en répétition.
Kader Belarbi et les danseurs du Ballet du Capitole en répétition. Lydie Lecarpentier

Après une fermeture inédite dans son histoire, l’institution toulousaine a décidé de ne pas attendre la rentrée de septembre. Les artistes contactés par le Théâtre du Capitole ont d’ailleurs tous répondu présent.
Certains projets annulés ont ainsi pu être reprogrammés, tels Jordi Savall ou les journées Déodat de Séverac. Des chanteurs magnifiques sont également à l’affiche tels que Benjamin Bernheim, Sonya Yoncheva ou encore Jakub Józef Orliński. Toutes les forces artistiques toulousaines sont aussi à l’honneur : le Chœur du Capitole avec Carmina Burana et le Ballet avec une journée portes ouvertes. Le programme de ces Nuits d’été fait aussi une place au jazz et à la musique sud-américaine. Un ciné concert autour du film muet Le Fantôme de l’opéra accompagné par Thierry Escaich et Vannina Santoni, et deux projections d’opéra en hommage au metteur en scène Nicolas Joël, qui fut directeur du Théâtre du Capitole de 1990 à 2009, sont aussi au menu.

Coup d’envoi le 6 juillet à 20 heures

Entre musiques de cour de la péninsule ibérique et chants créoles du Nouveau Monde, ce premier concert, intitulé Villancicos Criollos, rend un vibrant hommage au métissage musical, tout de spiritualité et d’amour de la vie. Il sera donné par Jordi Savall, à la tête de la Capella Reial - Hespèrion XXI.
Le lendemain 7 juillet à 20 heures, pour le centenaire de sa disparition, trois con­certs célèbreront le plus occitan des compositeurs de la Belle Époque et le plus universel des musiciens natifs du Languedoc-Roussillon, Déodat de Séverac. Une redécouverte ! Au programme, Le Roi Pinard, opérette inédite et Héliogabale, tragédie lyrique (extraits), musique de cham­bre instrumentale, vocale et chorale, interprétées par la pianiste Anne Le Bozec à la direction musicale, la soprano Anaïs Constans, le ténor Carl Ghazarossian ténor, les basses Jean-Vincent Blot et Jean-Fernand Setti, la pianiste Flore Merlin et le violoniste Guillaume Chilemme aux côtés du Chœur du Capitole.
Le jeudi 8 juillet à 12 h 30, poursuite de l’hommage au Méridional qui voulut exalter le génie des provinces françaises, et dont les mélodies et chansons, au menu de ce nouveau concert, révèlent un joyau de poésie digne des plus grands compositeurs de son temps. Ce second volet de l’hommage à Déodat de Séverac est interprété par les sopranos Françoise Masset et Anaïs Constans, la mezzo-soprano Adèle Charvet, le ténor Carl Ghazarossian, accompagnés par la pianiste Anne Le Bozec.
Le 8 juillet à 20 heures, place au mythique chef-d’œuvre choral Carmina Burana, de Carl Orff, célébration électrisante de la fugacité de l’existence, des puissances de la nature et des plaisirs de la chair. Alfonso Caiani dirigera le Chœur du Capitole, aux côtés d’une pléiade d’artistes, dont la soprano Annick Massis, soprano, le ténor Levy Sekgapane et le baryton Aleksei Isaev.
Le 10 juillet à 12 h 30, troisième et dernier volet de l’hommage à Déodat. Ce récital donné par Nathanaël Gouin, tout en subtilité explore l’œuvre pour piano du grand compositeur occitan et celle de ses proches contemporains, Magnard, D’Indy et Albeniz.
Dimanche 10 juillet, de 17 heures à 20 heures, les danseurs du Ballet du Capitole et son directeur Kader Belarbi, donnent rendez-vous au public pour une programmation de morceaux choisis, un moment convivial autour de gestes dansés et de paroles librement échangées avec les artistes. À suivre.
05 61 63 13 13
www.theatreducapitole.fr

Rédaction GdM