Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Le (second) souffle de l’orgue

Festival. Devenu un incontournable de l’automne à Toulouse, le festival fête ses 25 ans.

L’orgue relevé de la basilique Notre-Dame de la Daurade. Patrick Galibert

Démodé l’orgue ? Pas du tout, à voir les foules se presser à chaque concert du festival Toulouse les Orgues, qui depuis 25 ans fait les beaux soirs du début d’automne dans la Ville rose. Un quart de siècle d’une programmation aussi hétéroclite qu’exigeante qui a fini par rallier à l’orgue des publics très divers. L’orgue à tuyaux, à l’histoire millénaire, est ainsi devenu le prétexte à des rencontres étonnantes et de créations artistiques inattendues. L’édition 2021 ne déroge pas à la règle, offrant ce que l’instrument a de meilleur, servi qui plus est par des artistes de grand renom pour lesquels Toulouse est ainsi devenue, le lieu où il faut être, quand sonne l’heure de la rentrée.

Ainsi, figure parmi les temps forts de cette édition de Toulouse les Orgues le concert que donneront deux chanteurs d’oiseaux, Jean Boucault et Johnny Rasse, accompagnés des flûtes précolombiennes de Pierre Hamon autour de l’organetto médiéval de Catalina Vicens. Autre projet original : pour fêter Piazzolla dont on célèbre le 100e anniversaire de la naissance, l’accordéoniste Lionel Suarez et le grand organiste Thierry Escaich se produiront exceptionnellement en duo. Le festival accueillera également la première de Bach Metamorphosis, un projet où la musique de Bach entre en résonance avec l’art de la contorsionniste Lise Pauton. Événement rare, Toulouse les Orgues fera réentendre des orgues qui ont retrouvé tout leur éclat après une grande période de travaux : ceux des lieux emblématiques que sont la basilique Notre-Dame de la Daurade et l’église Saint- Jérôme.

Soutenir les artistes en début de carrière

C’est d’ailleurs à la Daurade que se déroulera le concert d’ouverture, autour de deux compositeurs ayant écrit de la musique religieuse et de l’opéra (Puccini et Janacek), servi par le Choeur de chambre les éléments (le 6 octobre à 20 h30). L’église Saint-Jérôme accueillera, de son côté, le récital de Bernhard Haas, dédié aux oeuvres de César Franck, Leguay, Tournemire, Camille Saint-Saëns et Mendelssohn-Bartholdy. Plus que jamais, Toulouse les Orgues marque en 2021 son soutien aux organistes en début de carrière, parfois même encore en fin de cycle de formation. Avec d’abord le 13e Concours international d’orgue où treize candidats sélectionnés dans le monde entier viendront se mesurer les uns aux autres.

Ensuite, par des invitations à jouer lors de concerts Jeunes Talents, des Nuits du Gesu (en l’église du Gesu), de spectacles jeune public, des rendez-vous Yo[r]ga (séance de yoga au son de l’orgue), ou des Raconte moi l’Orgue. Au travers de partenariats avec les établissements supérieurs de musique de Paris, Lyon et Toulouse, certains de ces musiciens mèneront différentes missions dans le cadre d’une immersion professionnelle dans le Festival. Du 5 au 17 octobre, 26e édition de Toulouse les Orgues.

Rédaction GdM