Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Michael Spyres en récital

Spectacle. Le 3 mars au Théâtre du Capitole à Toulouse.

Le pianiste Mathieu Pordoy est l’habituel complice du ténor Michael Spyres. Le 3 mars au Théâtre du Capitole, ils célébreront Rossini. DR

« Monsieur » : c’est ainsi que les critiques français surnommaient Rossini, maître dans l’art de faire gonfler progressivement l’orchestre et les voix à partir de formules répétitives jusqu’à l’hypnose. Durant toute la première moitié du XIXe siècle, Rossini (1792-1868) fut le plus célèbre et le plus influent compositeur d’opéra de toute l’Europe.

Mais l’auteur du Barbier de Séville ou de Semiramide a également laissé un abondant catalogue de musique de chambre, et notamment d’irrésistibles mélodies pour voix et piano, qu’il a continuée à composer même après qu’il eût renoncé à l ’opéra, en 1829 avec Guillaume Tell. Le grand ténor rossinien Michael Spyres et son complice, le pianiste Mathieu Pordoy, explorent les mille facettes de l’univers intime de Monsieur Crescendo, plein d’esprit, de tendresse et d’humanité.

« J’imaginais Rossini au crépuscule de sa vie, dans son salon, rejouant sans cesse les grands événements de sa vie, son exil, la mort de sa femme et celle de ses parents, explique Michael Spyres. Je l’imaginais trouver du réconfort dans le souvenir de sa patrie, l’Italie, tandis qu’il vivait les dernières années de sa vie comme étranger en France. Même si Rossini aimait et rendait sans cesse hommage à la France, il vivait et respirait en effet la culture et la cuisine italiennes. Notre programme propose un voyage à rebours, de ses dernières mélodies françaises et compositions pour piano à l’aube de sa carrière italienne. L’originalité de son écriture consista à mêler chansons et arias et à brouiller ainsi joyeusement la frontière entre genre noble et genre populaire, mais aussi entre styles classique et romantique. Il fut aussi le compositeur européen et cosmopolite par excellence : formé en Italie mais influencé par le classicisme viennois, éminent dépositaire de l’héritage belcantiste mais inventeur du grand opéra à la française, arbitre des élégances à Paris et, de son vivant, acclamé de Saint-Pétersbourg à New York. Monsieur Rossini fut bien plus qu’un simple Crescendo, sa vie tout entière fut une oeuvre d’art. »

Réservation : 0561631313
www.theatreducapitole.fr

Rédaction GdM