Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Un chef-d’oeuvre du XVIe siècle vendu aux enchères à Toulouse

Enchères. Une oeuvre remarquable de la Renaissance allemande réapparue récemment à Toulouse sera mise aux enchères publiques par la maison Artpaugée le 4 février à la Chapelle des Carmélites de Toulouse.

L’Ange thuriféraire vêtu d’une tunique jaune, Bernhard Strigel (1460-1528). © ARTPAUGÉE - STUDIO CHRISTIAN BARAJA_01

Une oeuvre inédite de Bernhard Strigel (1460-1528), retrouvée à Toulouse lors d’un inventaire en juillet2021, sera mise en vente aux enchères le 4 février 2022. Ce chef-d’oeuvre emblématique du passage du gothique tardif à la Renaissance allemande faisait probablement partie d’un retable. Ce tableau inédit est le pendant de L’Ange thuriféraire acquis par le Louvre Abu Dhabi en 2009. Sujet, dimensions (48,7 x 61 cm), essence, échelle des deux figures correspondent en tous points. À 60 ans, le peintre de Memmingen, Bernhard Strigel, est au sommet de son art. Dans cette oeuvre, il épouse les bouleversements de son époque. Le chromatisme élaboré de ce panneau, associé au travail raffiné d’orfèvrerie, des carnations et des vêtements de l’ange, révèle la sensibilité propre d’un artiste parvenu à maturité.

Une histoire mystérieuse

Les cinq siècles de l’histoire romanesque de cette oeuvre sont encore parsemés de zones d’ombre : de sa probable provenance du retable peint par le grand maître pour l’église Notre-Dame de Memmingen en 1520, ensemble morcelé lors de la Réforme, un possible passage par la Toscane, son arrivée en France au début du XIXe siècle, puis, mystère jusqu’à sa réapparition dans une famille toulousaine et son identification par le cabinet d’experts Turquin… Le tableau ressurgit ainsi aujourd’hui, suscitant l’intérêt des passionnés et des collectionneurs internationaux. C’est la maison de ventes Artpaugée, qui a découvert le tableau en juillet 2021 lors d’un inventaire pour assurance.

Créée en 2018, Artpaugée est née à Toulouse de l’association de deux jeunes femmes commissaires-priseurs, Géraldine Martres et Pauline Maringe. Elles organisent aujourd’hui plusieurs ventes aux enchères par an, dans diverses spécialités (bijoux et argenterie, tableaux anciens et modernes, numismatique, Extrême-Orient, armes, mobilier, objets d’art, livres anciens, etc.). L’exposition et la vente aux enchères publiques de L’Ange thuriféraire vêtu d’une tunique jaune auront lieu dans le splendide écrin qu’est la chapelle des Carmélites, rue du Périgord, à Toulouse. Elle accueillera également une conférence sur le sujet, proposée par le cabinet Turquin le 2 février à 18 heures.

Rédaction GdM