Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Un été en photo à Lectoure

Photo. À Lectoure dans le Gers.

Alexey Shlyk,The Weight Lifter, série The Appleseed Necklace, Belgium / Belarus, 2016-2020. (Crédit : Alexey Shlyk)

L’été Photographique de Lectoure propose chaque été autour d’expositions réunissant de nombreux artistes internationaux, des projections, des conférences et des rencontres avec les personnalités invitées. Pour cette édition, les clés de la programmation ont été confiées à Émilie Flory. « Accueillir de nouvelles écritures curatoriales, diversifier les formes et les formats d’exposition, explorer des partenariats inédits participent à la vitalité d’un centre d’art. C’est à ce titre que j’ai souhaité cette année apporter un souffle neuf à L’été photographique en invitant la critique et commissaire d’exposition indépendante Émilie Flory, explique Marie-Frédérique Hallin, directrice du Centre d’art et de photographie de Lectoure. Tête chercheuse et voyageuse, Émilie Flory ne badine pas avec l’humour et a carte blanche pour concevoir la programmation artistique de l’édition 2022 du festival. Son projet nous entraîne dans une authentique aventure et délivre une édition tout à la fois acérée et enchanteresse, une édition qui déride, interpelle, surprend, dénonce et expérimente. »


> LIRE AUSSI : Festival Radio France Occitanie Montpellier : une version très british


« Alors qu’une guerre aux portes de l’Europe vient s’ajouter à un contexte de pandémie mondiale, j’ai tenu à axer mon projet autour d’artistes dont le travail questionne la construction des mondes, explique la commissaire d’exposition. Depuis toujours, les artistes ont su utiliser l’humour et l’absurde, faire des pas de côté pour parler de la réalité, se décaler et user de l’élan vital du rire pour supporter l’insupportable. Créer et détourner pour donner à penser. Ils construisent des mondes d’un point de vue politique, enfantin, architectural, utopique, fantasque, imaginaire. Leurs œuvres traitent de gravité et d’espoir, elles permettent de s’extraire, de rire et de rêver, de continuer à avancer. »

Rédaction GdM