Informations régionales économiques et juridiques
140e année

Espoir

Arte a récemment diffusé un reportage titré « France, un espoir venu du nord ». Il suivait une équipe de l’institut Pasteur de Lille dont les travaux, lancés au début de la pandémie, visaient à rechercher, parmi une collection de 2000 molécules connues et autorisées en santé humaine, celles capables de soigner les malades atteints de la Covid-19. Travaux qui ont rapidement permis d’identifier l’une d’elles, utilisée pendant de nombreuses années dans le traitement des rhino-pharyngites, comme particulièrement prometteuse. Fol espoir pour ces chercheurs qui ont eu toutes les peines du monde, malgré des résultats en labo très encourageants et l’utilisation d’une substance bien connue des scientifiques, à obtenir de l’administration concernée qu’elle autorise enfin le lancement des essais cliniques sur l’homme. L’autorisation tombée près d’un an après, ces essais ont débuté mi juin. Illustration de ce que vient de pointer la Cour des comptes dans un rapport : la France a investi trois fois moins dans la recherche publique que les Allemands et Britanniques dans la lutte contre la pandémie. « La France a perdu une bataille… »

Agnès Bergon