Informations régionales économiques et juridiques
141e année

Le tourisme, poids lourd de l’économie régional

Tourisme. Le poids du tourisme dans l’économie régionale ne se dément pas. C’est ce qu’indique l’Insee dans une récente étude réalisée en partenariat avec le Comité régional du tourisme et des loisirs Occitanie.

Le tourisme, poids lourd de l'économie régional
Le cloître de Moissac en Tarn-et-Garonne, figurant dans la liste des Grands Sites d’Occitanie. (Crédit : Pixabay)

Selon une nouvelle en quête de l’Insee (basée sur des chiffres de 2019) réalisée en collaboration avec le Comité régional du tourisme et des loisirs (CRTL), 125 000 emplois sont liés à l’accueil des touristes en Occitanie, ce qui place la région en 5e position des régions françaises pour le nombre d’emplois touristiques, derrière l’Ile-de-France (367 000 emplois), l’Auvergne-Rhône-Alpes (177 000), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (153 000) et la Nouvelle-Aquitaine (134 000). Le secteur du tourisme représente ainsi 6,8% de l’emploi marchand en Occitanie, un pourcentage plus élevé que la moyenne nationale (6,4%), très proche des chiffres relevés en Bretagne (6,9%) ou en l’Ile-de-France (6,7 %), mais très éloigné des niveaux atteints en région Paca ou en Corse, où le tourisme représente respectivement 8,9% et 17% de l’emploi marchand. Le poids du tourisme en Occitanie est également comparable à celui de l’agriculture qui compte quelque 126 000 emplois en région. À l’image des phénomènes observés dans le secteur agricole, l’emploi touristique est également fortement marqué par la saisonnalité : le nombre d’emplois dans le secteur du tourisme varie ainsi de 82 000 en janvier à 181 000 en août au plus fort de la saison.

En 2019, l’hébergement et la restauration ont généré 41 900 emplois touristiques, représentant un emploi touristique sur trois dans la région. Les activités de commerce profitent elles aussi de la présence des touristes en Occitanie, puisqu’elle génère près de 23 800 emplois dans le commerce de détail non alimentaire, 10 200 dans les grandes surfaces et 7 800 dans le commerce de détail alimentaire, précise également l’Insee. Les activités de sport et de loisirs profitent également de la manne touristique puisqu’elles représentent de l’ordre de 10 500 emplois touristiques, soit 8 % des emplois touristiques de la région.


>LIRE AUSSI : Tourisme en Occitanie : 2022, un très bon cru


Autre enseignement révélé par cette enquête de l’Insee : 44 % de l’emploi touristique régional, soit 55 400 emplois, sont concentrés dans l’espace urbain (la moitié de ces emplois se situant à Toulouse et Montpellier). Le littoral regroupe, lui, plus d’un emploi sur cinq, soit 21% des emplois touristiques de la région, représentant 26 000 emplois en moyenne annuelle. Les territoires ruraux et la bordure du Massif central concentrent près d’un quart des emplois touristiques de la région (23%), soit 29 000 emplois en moyenne annuelle en 2019, tandis que les Pyrénées concentrent près de 12 % des emplois touristiques régionaux, soit un peu plus de 14 500 emplois.

DES EMPLOIS PEU QUALIFIÉS

Le tourisme, poids lourd de l'économie régional
Les thermes de Luchon, figurant dans la liste des Grands Sites d’Occitanie. (Crédit : Pixabay)

L’étude de l’Insee révèle enfin que les jeunes de moins de 25 ans occupent 17 % des emplois salariés liés au tourisme, une part proche du niveau national (18 %), mais plus élevée que pour l’ensemble des emplois (14 %). C’est dans la restauration que la proportion de jeunes est la plus importante (26%). Dans ce secteur, la moyenne d’âge est de 36 ans contre 39 ans pour l’ensemble des emplois touristiques. Les salariés du tourisme sont davantage à temps partiel en Occitanie qu’en France pointe également l’Insee : 24% contre 21 %. Cette part est aussi plus élevée que pour l’ensemble des emplois (19%).

Si les contrats à durée indéterminée (CDI) restent majoritaires – ils représentent 63% des contrats de travail touristiques en moyenne sur l’année –, les emplois touristiques salariés sont également souvent peu qualifiés : 60 % sont occupés par des employés, 15% par des ouvriers et 14% relèvent de professions intermédiaires, les cadres ne représentant que 10% des emplois. La part élevée d’employés ainsi que la surreprésentation des jeunes pèse sur les salaires dans le tourisme note également l’Insee. Le salaire horaire moyen s’élève à 12 €, avec des fortes disparités selon les secteurs, de 10€ nets en moyenne dans la restauration et le commerce alimentaire, à 16 € nets dans les secteurs du patrimoine et de la culture ou du sport et des loisirs.

Agnès Bergon